« Star Wars » : Dark Jar Jar, R2-D2 l’espion… Retour sur les meilleures théories du complot

L’avant-première de L’Ascension de Skywalker, à Tokyo, le 11 décembre 2019. — Masatoshi Okauchi/REX/SIPA

  • La saga des Skywalker touche à sa fin avec la sortie de l’épisode IX de Star Wars, L’Ascension de Skywalker, le mercredi 18 décembre.
  • 20 Minutes accompagne cet événement en revenant sur l’impact immense que la saga a eu sur la culture mondiale.
  • Pour l’occasion, on se penche sur les théories du complot les plus crédibles (ou pas) imaginées par les fans autour de la saga.

Qui sont vraiment les parents de Rey ? L’empereur Palpatine a-t-il vraiment survécu, et comment ? Chewbacca va-t-il enfin manger un Porg ? Si ces questions trouveront (peut-être) une réponse dans l’Episode IX de Star Wars, L’Ascension de Skywalker, attendu le 18 décembre, certains fans n’ont pas attendu le volet conclusif de la saga pour élaborer des théories du complot plus ou moins farfelues… et crédibles.

Oubliez tout ce que vous saviez sur Star Wars : vous ne verrez plus chaque trilogie du même œil grâce à elles.

Jar Jar Binks en pleine manipulation. Jar Jar Binks en pleine manipulation. – AP Photo/Lucasfilm Ltd.)

Jar Jar est un Sith (et il a dupé tout le monde)

Et si le personnage le plus haï des fans, le symbole (martyr) des défauts de la prélogie, cachait, derrière ses grandes oreilles, son élocution primaire et sa maladresse légendaire, un esprit aussi brillant que manipulateur ? Telle est en tout cas la théorie élaborée par un fan sur Reddit il y a quelques années, et qui continue de séduire nombre de spectateurs… sans doute parce qu’elle donne une meilleure raison d’être au Gungan que sa simple dimension cartoonesque à destination des enfants.

Ainsi, Jar Jar Binks serait en réalité un Sith dont les bévues visent simplement à duper ses proches pour mieux les manipuler et les faire agir selon ses intérêts. Et les preuves en ce sens ne manquent pas. A commencer par ses capacités physiques hors normes, lui qui est capable d’effectuer un saut périlleux de plusieurs mètres sans sourciller, ou encore d’éviter des tirs avec une facilité déconcertante et d’abattre par « erreur » plusieurs droïdes.

Ses pouvoirs Jedi ne sont pas en reste, puisqu’il manipule ses interlocuteurs à plusieurs reprises pour obtenir gain de cause grâce à la technique de manipulation psychique popularisée par Obi-Wan dans l’Episode IV. Mais en bon méchant, le Gungan le fait de manière bien plus discrète, d’un léger mouvement des mains, par exemple lorsqu’il force l’ensemble des sénateurs à voter les pleins pouvoirs à Palpatine… son complice – ou son disciple ? – de longue date, originaire, comme lui, de la planète Naboo. Et tout ça sans parler du sabre laser que Jar Jar cache dans sa veste et semble sur le point de sortir à plusieurs reprises, comme l’ont repéré plusieurs fans.

Toujours pas convaincu ? Repensez deux secondes aux raisons qui amènent Anakin à basculer du côté obscur. Qui se moque sans cesse de Qui-Gon Jinn derrière son dos, mais devant le petit garçon, dans l’Episode I ? Et qui ne manque pas de vanter la beauté de Padmé devant lui, semant ainsi les graines qui l’amèneront plus tard à bafouer l’autorité des Jedi et par épouser la jeune femme ?

Reste une question : pourquoi George Lucas n’est-il jamais allé au bout de cette idée, en révélant, à la fin de la prélogie, que Jar Jar était l’équivalent maléfique de Yoda (une créature a priori inoffensive et maladroite qui cache en réalité bien son jeu ?) Tout simplement parce que l’impopularité de Jar Jar et la haine viscérale que lui vouent de nombreux fans l’en auraient dissuadé.

Degré de crédibilité : 10 midichloriens sur 10 (parce que ce serait l’arnaque du siècle)

R2-D2 et Chewbacca sur scène, en Californie, en 2016. R2-D2 et Chewbacca sur scène, en Californie, en 2016. – KIMBERLY WHITE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Chewbacca et R2D2 sont des espions de la Rébellion (et les vrais héros de l’Episode IV)

Vous avez toujours considéré Leia, Luke et Han Solo comme les héros de l’Episode IV ? Vous avez tort. Car les vrais protagonistes centraux du film, ceux qui tirent les ficelles de la Rébellion depuis le début, se cachent en réalité parmi leurs compagnons prétendument secondaires : R2-D2 et Chewbacca.

Il suffit de revisionner les épisodes IV à VI sous ce prisme – en ayant en tête quelques éléments de la prélogie – pour s’en convaincre. Contrairement à C3PO, R2-D2 a pu conserver sa mémoire à la fin de l’épisode III. Un détail qui a toute son importance puisqu’il peut ainsi oeuvrer volontairement pour le bien de la Rébellion dès le début d’Un nouvel espoir. Et notamment se retrouver investi des plans de l’Etoile noire, qu’il comptait remettre à son vieux compagnon Obi-Wan en le retrouvant sur Alderaan – bien avant que Leia ne l’utilise pour transmettre son célèbre appel à l’aide et que le droïde n’improvise une rencontre avec le maître Jedi sur Tatooine pour échapper à l’Empire.

Dans la foulée, R2D2 ne tarde pas à contacter secrètement Chewbacca pour lui faire part de leur besoin d’être transportés jusqu’à Alderaan. D’où la rencontre « impromptue » entre Luke, Obi-Wan et les droïdes avec Han Solo et son acolyte. Une fois sur l’Etoile de la mort, le Wookiee, bien conscient de l’importance stratégique de Leia pour leur cause, parvient en outre à convaincre Han Solo de se lancer à sa rescousse, en appuyant le discours de Luke en ce sens. Et il s’assure aussi de pousser son acolyte à s’intéresser à la princesse, de crainte qu’elle ne s’amourache de son frère (dont R2D2, Yoda et lui-même sont les seuls à connaître les véritables liens).

Cette théorie résout du même coup une question qui hantait certains fans : pourquoi Chewbacca ne reçoit-il pas de médaille sur Yavin ? Parce qu’il agit dans l’ombre depuis l’origine, et a sans doute déjà reçu une récompense semblable quelques décennies plus tôt…

Degré de crédibilité : 8 midichloriens sur 10 (pour la migraine qu’on anticipe en imaginant une version alternative du film qui repose à 90 % sur des dialogues à base de « grahouuuhaha » et « tut tut bip bip bip »)

L'Ascension des Skywalker. L’Ascension des Skywalker. – LILO/SIPA

Rey et Shmi, la mère d’Anakin, sont la même personne

On le sait, les origines de Rey alimentent de vives spéculations depuis sa première apparition dans Le réveil de la Force. Mais en traitant le problème à l’envers, un fan a imaginé la théorie la plus folle de ces dernières années de spéculation : la jeune femme serait en fait… la mère d’Anakin, Shmi, découverte pour la première fois dans l’Episode I – et qui présente indéniablement une certaine ressemblance physique avec elle.

Comment Rey aurait-elle pour autant pu donner la vie à un personnage né près d’un demi-siècle avant elle ? Grâce à un voyage dans le temps, un procédé classique dans nombre de récits de science-fiction… même s’il semble a priori complètement inapproprié dans l’univers de Star Wars.

Et pourtant, la série animée Star Wars Rebels – considérée comme « canon » dans l’univers – prouve qu’un tel scénario est envisageable puisqu’elle met à un moment donné en scène un « monde entre les mondes », permettant à ceux qui l’empruntent de remonter dans le temps… Et, sans surprise, Palpatine fait partie des rares personnages au courant de l’existence d’un tel portail.

Le Sith, obsédé par l’idée de devenir immortel, aurait ainsi découvert, avec des décennies d’avance, la future existence de Rey, une jeune femme qui maîtrise la Force comme personne. Il suffirait ainsi à Palpatine de réapparaître dans L’Ascension de Skywalker pour faire atterrir Rey dans le passé, environ dix ans avant La menace fantôme, dans l’espoir d’en faire son apprentie ou qu’elle donne la vie à un enfant encore plus doué avec la Force.

Mais pour lui échapper, la jeune femme se couperait de la Force (reprenant la technique observée chez Luke dans Les derniers Jedi) tout en reprenant le nom de son ancien maître. Pour finir malgré tout esclave sur une planète déserte… un destin similaire à ses origines sur Jakku. Dans un plan mémorable, la saga s’achèverait ainsi sur une scène montrant Rey/Shmi, enceinte – de Kylo, qui serait de fait son propre… arrière grand-père -, regarder les deux soleils de Tatooine se coucher, en clin d’oeil aux séquences emblématiques de la saga sur la planète désertique.

Degré de crédibilité : 3 midichloriens sur 10 (on imagine mal Disney s’exposer aux réactions des fans avec un scénario aussi osé, surtout après le schisme provoqué par l’Episode VIII)

Cinéma

VIDEO. « Star Wars » : Qui est Rey ? Passage en revue des théories les plus folles sur l’héroïne de la dernière trilogie

Cinéma

« Star Wars »: C’est la guerre des générations… Quelle est la meilleure trilogie de la saga ?

34 partages