Stade Rennais-OM : Vrais prétendants ou figurants ? Qui de Rennes ou de Marseille est le mieux armé pour le podium ?

L’OM d’André Villas-Boas et le Stade Rennais de Julien Stéphan vont-ils tenir le rythme en 2020 ? — L.Urman / D. Cole / SIPA / Montage : 20 Minutes

  • Le Stade Rennais, troisième, accueille l’OM, deuxième, ce vendredi pour un choc inattendu de haut de tableau.
  • Si l’effectif olympien semble plus costaud, le banc et la jeunesse bretonnes pourraient faire la différence.
  • Le match sera aussi l’occasion de voir deux fin tacticiens s’affronter. 

En plein hiver, ils sont en feu. 22 points sur 24 possibles pour Marseille. 21 pour Rennes, soit autant que le PSG. Depuis novembre, l’OM marche sur l’eau. Le Stade Rennais du précoce Julien Stéphan affiche aussi une réussite insolente… Mais s’estime « surcoté ». Qui est le plus fort ? On tente la comparaison avant ce « choc » entre le deuxième et le troisième, ce vendredi (20h45).

Le meilleur coach ? Pour l’instant, c’est Villas-Boas

Porto, Chelsea, Tottenham. Sur le plan du CV, André Villas-Boas met clairement une fessée à Julien Stéphan, dont c’est la première expérience en pro. D’ailleurs, le Breton admire son homologue : « Il a eu un impact très important rapidement et on voit que les résultats suivent. Il a beaucoup d’intelligence, il tente des coups tactiques. C’est quelqu’un de très expérimenté, qui a eu des résultats fantastiques ». Modeste, le coach breton a cependant su faire déjouer bien des « gros » en battant Paris, Lyon et même Arsenal ou Séville ces derniers mois.

« Stéphan a été malmené et il a trouvé les solutions, a réussi à regagner en changeant de système, en s’adaptant : ça prouve que c’est un bon entraîneur », loue Alain Roche, qui commentera la rencontre pour Canal + Sport, ce vendredi. L’ancien défenseur central apprécie aussi les qualités de Villas-Boas, « qui confirme le bien que l’on pensait de lui » et dont « la franchise et la lucidité sont bluffantes. »

Excellent tacticien, « AVB » a aussi su se mettre le groupe olympien dans la poche : « Son attitude et son discours collent parfaitement avec le groupe », lance Valentin Rongier.

Le meilleur effectif ? Les stars à l’OM, l’homogénéité à Rennes

Selon le site transfermarkt, un gouffre sépare l’OM du Stade Rennais. Avec ses noms ronflants et ses joueurs d’expérience, la valeur globale de l’effectif olympien est estimée à près de 250 millions d’euros, contre 173 pour le SRFC. Cela ne se voit pas à l’œil nu, tous les week-ends, en Ligue 1.

« Je n’aurais peut-être pas dit ça si Thauvin était là. Mais pour moi, l’effectif de Rennes est plus complet », nuance Landry Chauvin, ancien responsable du centre de formation rouge et noir. « L’effectif de Rennes est plus homogène, estime aussi Alain Roche. Rennes a 18 joueurs de bon niveau, alors qu’à Marseille, il n’y a pas grand-chose après les titulaires, à part des jeunes qui jouent très peu. »

L’atout jeunesse est dans les mains des Bretons. Derrière Camavinga, des minots comme Gboho, Boey ou Da Cunha ont déjà montré de belles choses. « Rennes a fait de la formation sa philosophie. Ils font jouer les jeunes et surtout ils sont capables d’avoir une influence. Ils ne sont pas là pour faire le nombre », rappelle Laurent Mammeja, fondateur du site Espoirs du football. A Marseille, Aké, Chabrolle et Perrin ont surtout joué les bouche-trous, tandis que Lihadji est désormais « black-listé », faute de contrat professionnel.

Le facteur X ? Rennes a Camavinga, l’OM attend Thauvin

Il n’a que 17 ans mais tout le monde ne parle que de lui. Flanqué de son numéro 18, Eduardo Camavinga empile les matchs de mammouth et s’est clairement imposé comme le patron du milieu de terrain rennais. Enorme face à Paris cet été, buteur à Lyon, le gamin se manque rarement et pourrait bien faire mal à Marseille. « L’OM se fait parfois transpercer au milieu de terrain et Camavinga peut être déterminant sur ce match. En plus de bien défendre, il n’a pas froid aux yeux et il peut offrir des possibilités aux joueurs devant », estime Laurent Mammeja. « Il est magique. Ce genre de joueur, il n’en sort qu’un par décennie dans un club », estime Landry Chauvin. « Regardez le jouer. C’est un joueur qui illumine certaines rencontres, profitons-en sur le terrain », conseille enfin son coach Julien Stéphan.

Le jeune homme appartient à cette catégorie de joueurs qui changent le visage d’une saison. A Marseille, c’est pour l’instant Payet qui joue ce rôle, avec six buts et trois passes décisives en Ligue 1. En attendant Thauvin ? « On continue de penser qu’il sera de retour mi-février », estime André Villas-Boas. Toujours en rééducation, Thauvin ne court en ce moment qu’avec la moitié de son poids, grâce à un tapis de course anti-gravité. « Faut pas rêver, il ne va pas revenir avant deux mois et demi, lance Alain Roche. Il faudra qu’il retrouve le rythme. »

Sport

OM : Nouveau nom, match au Maracana et grève SNCF décisive… Trois dates méconnues de l’histoire de Marseille

Sport

Stade Rennais : « Camavinga ? On doit le protéger », prévient Julien Stéphan

0 partage