Spotify : James Blunt menace de sortir de nouvelles chansons si le podcast de Joe Rogan ne quitte pas la plateforme

Après Neil Young, c’est au tour de James Blunt de prendre part à la polémique Joe Rogan. Dans un tweet publié samedi, le chanteur a tenté d’inciter la plateforme à retirer le podcast controversé, accusé de diffuser des fake news. « Si Spotify ne retire pas immédiatement Joe Rogan, je publierai de nouvelles musiques sur la plateforme », a-t-il menacé avec humour, ajoutant le hashtag #youwerebeautiful.

Ce message qui ne manque pas d’autodérision s’ajoute aux coups de gueule de nombreux artistes. En cause la présence du podcast de Joe Rogan, un titan médiatique américain qui flirte avec le complotisme et la désinformation. De nombreuses personnalités ont interpellé la plateforme pour faire retirer ce programme et lutter contre les fake news.

De nombreuses personnalités alertent Spotify

Après avoir adressé un ultimatum, Neil Young a mis ses menaces à exécution en retirant peu à peu l’essentiel de son catalogue musical avec le soutien de Warner. La réponse de Spotify ? « Nous voulons que l’ensemble de la musique et du contenu audio du monde soit accessible aux utilisateurs de Spotify. Cela implique une grande responsabilité dans l’équilibre entre la sécurité des auditeurs et la liberté des créateurs. Nous avons mis en place des politiques de contenu détaillées et nous avons supprimé plus de 20.000 épisodes de podcasts liés au covid depuis le début de la pandémie. Nous regrettons la décision de Neil de retirer sa musique de Spotify, mais nous espérons pouvoir l’accueillir à nouveau prochainement », expliquait la plateforme dans un communiqué.

De son côté, la chanteuse Joni Mitchell a elle aussi décidé de retirer ses chansons. « Des irresponsables répandent des mensonges qui coûtent la vie à des gens. Je suis solidaire de Neil Young et des communautés scientifiques et médicales mondiales sur cette question », a expliqué la Canadienne de 78 ans, rapportait l’AFP samedi.

Enfin, selon le site de BFMTV ce dimanche, Meghan et Harry ont également interpellé la plateforme par le biais de leur fondation Archewell. « En avril dernier, nos cofondateurs ont commencé à exprimer des inquiétudes à nos partenaires chez Spotify au sujet des conséquences palpables de la désinformation sur le Covid-19 sur la plateforme (…) Nous attendons de Spotify qu’ils soient à la hauteur des enjeux, et nous sommes engagés en ce sens à poursuivre notre collaboration avec eux », explique le couple.