Souvenirs de première journée (4/5): «Des vagues qui déferlent»… Quand l’OM et Rennes se sont offert une orgie offensive

Le match Rennes-OM de 2008 — FRANK PERRY / AFP

  • Toute cette semaine avant la reprise, 20 Minutes revient sur des moments marquant des premières journées dans l’histoire du championnat de France.
  • Aujourd’hui, on parle du fabuleux 4-4 entre Rennes et l’OM en ouverture du championnat 2008-2009

C’est sans doute quand elle n’est pas là qu’on se rend compte à quel point on l’aime. La Ligue 1 est de retour et, pour fêter le plus beau week-end de l’année, 20 Minutes a décidé de revenir sur les premières journées de notre championnat qui sont restées dans les mémoires. De lundi à vendredi, nous allons revenir ensemble sur un souvenir marquant de la reprise… Aujourd’hui, le match nul de dingues entre Rennes et l’OM en 2008

« Mais ouais, c’est le match où on a cru qu’Hatem Ben Arfa allait être bon avec l’OM ». La punchline est celle d’un collègue en vacances, trop occupé par sa famille pour disserter mais suffisamment intéressé par le sujet pour y aller de sa petite intervention. Le sujet, c’est ce Rennes-OM dingue de la première journée de Ligue 1 2008-2009, sorte d’orgie offensive improbable du début du mois d’août, conclue sur le score de 4-4.

Au milieu de tout ça : une lucarne fabuleuse de Baky Koné, un doublé d’Olivier Thomert, un but contre son camp de la tête de Steve Mandanda, le duel des frères Cheyrou, Hatem Ben Arfa classe mondiale et le « tutululutu-tututu » du multiplex Canal qui perd la boule. Le lendemain, L’Equipe titre « à couper le souffle » pour parler de ce match « de folie ». Dans les tribunes de la Route de Lorient ce jour-là, William pense même avoir vu « le plus beau match de l’histoire de la Ligue 1 ». Mieux que le 5-5 entre Lyon et l’OM l’année suivante ? « Dans le 5-5, les buts n’étaient pas très beaux, celui de Brandao est ubuesque, il y avait but sur chaque occasion ou presque… Le 4-4 est plus joli, il y a plus d’occasions, les buts sont magnifiques, les gardiens font de gros arrêts ».

On ne tranchera pas le débat, mais on lui accordera au moins que les trois dernières de ce Rennes-OM sont inoubliables. Et pour ça, il faut remercier Elamin Erbate. Ce nom ne vous rappelle rien ? Le défenseur central marocain recruté en grande pompe au cœur de l’été par l’OM s’avère en être une belle, de pompe à vélo. Pour son premier (et presque dernier) match comme titulaire avec Marseille, l’éphémère défenseur récolte la note de 2 dans L’Equipe et le commentaire qui va avec : « S’est montré défaillant dans pratiquement tous ses duels ». Son chef-d’œuvre ? Ce dégagement en pleine poire dans la tronche de Steve Mandanda, qui offre l’égalisation à Rennes à la 89e. Le début d’une fin de match de maboules. Dans la foulée, c’est le futur-prodige-qui-n’a-finalement-jamais-perçé Elliott Grandin qui plante le 4-3 pour Marseille dans le but vide à la 93e. Avant que Bruno Cheyrou égalise d’une tête rageuse sous la barre à la dernière seconde des arrêts de jeu.

Gerets fou furieux

Autant vous dire qu’après le match, Guy Lacombe jubile. « Je suis heureux comme après une victoire », explique l’entraîneur de Rennes pendant que son homologue de l’OM Eric Gerets est fou furieux : « Je suis profondément déçu. Ce soir, on a gaspillé deux points. Si on marque quatre buts à l’extérieur mais qu’on est pas capables de gagner, c’est qu’il y a définitivement quelque chose qui n’est pas en ordre. Cette deuxième mi-temps est une énorme déception. Un enfant de dix ans sait que, quand il reste une minute à jouer, il faut dégager le ballon dans les tribunes et ne pas essayer de le conserver. »

Ouch. Et en même temps, c’est pas volé. Son OM menait 3-1 à la pause avant de s’effondrer en deuxième mi-temps. Pourtant, ce qu’il reste plutôt de ce match aux supporters de l’OM dix ans après c’est l’impression de puissance laissée par l’attaque marseillaise à Rennes. Le quatuor offensif Cissé, Koné, Niang et Ben Arfa promettait de mettre le feu à toutes défenses de Ligue 1, HBA d’enfin se révéler comme le plus beau joueur du monde qu’il devait être. Sa note ce soir-là ? 8 « Etincelant, écrit L’Equipe. Ce n’est pas seulement pour voir des buts que les spectateurs viennent au stade, c’est aussi pour voir des gestes dont l’ancien Lyonnais a le secret. »

Capture d'écran de la feuille de match de l'Equipe Capture d’écran de la feuille de match de l’Equipe – Capture d’écran l’Equipe

William, 16 ans à l’époque, vivait le premier match en live de son OM dans les tribunes du Stade de la Route de Lorient. « Je me souviens que les Marseillais mettent du temps à se lancer mais après, ce sont des vagues qui déferlent sur le but rennais. En première mi-temps, je suis juste derrière, pile dans la trajectoire de la frappe de Koné. J’aime dire que sans le filet, je l’aurais prise en pleine poire. Ce soir-là, on se disait que même si on avait peut-être perdu deux points, on allait être chiant à battre tellement on allait marquer de buts. C’était assurément l’une des équipes de l’OM les plus fortes de ces années-là. Il y avait beaucoup d’espoirs autour de cette équipe, surtout que Lyon commençait à baisser.. »

Ce ne sera qu’à moitié vrai. Le quatuor offensif a permis à l’OM de faire une belle saison et de terminer deuxième de Ligue 1 derrière Bordeaux, avec la meilleure attaque. Mais tout n’est pas été inoubliable non plus. Ben Arfa, par exemple, finira par s’engueuler quelques mois plus tard avec son entraîneur après avoir refusé de s’échauffer lors du classico face au PSG. Le début d’un tas de problèmes : « Je l’avais revu un an plus tard dans le stade et c’était le jour et la nuit : il ne courait plus, n’allait plus dans les duels ». C’est tellement plus fou le foot avec le vrai Hatem.

Sport

Souvenirs de première journée (3/5): Quand Guingamp (et Drogba) infligeaient une remontada au grand Lyon de Juninho

Sport

Souvenirs de première journée (2/5): «On se demandait quel monstre on venait de créer», quand Djibril Cissé plantait un quadruplé à Rennes en 2001

Sport

Souvenirs de première journée (1/5): «On est tous resté scotché», quand Jay-Jay Okocha a nettoyé la lucarne de Ramé

7 partages