Sobriété énergétique : Après l’alimentaire, les grandes enseignes spécialisées s’engagent

« La sobriété énergétique » fait tache d’huile parmi les commerçants. Après les commerces alimentaires, de grandes enseignes de la distribution spécialisée, comme Décathlon, Ikea ou Fnac-Darty, vont rejoindre le protocole visant à diminuer la consommation énergétique des magasins, a annoncé lundi France Commerce.

« Nous nous réjouissons de la mobilisation des grandes enseignes de la distribution, face à cet enjeu de sobriété énergétique et de réduction de notre consommation d’électricité », a déclaré dans un communiqué Jacques Creyssel, le porte-parole de France Commerce, qui réunit des enseignes du commerce alimentaire et non-alimentaire.

Les efforts de ces marques (Boulanger, Electro Dépôt, Brico Dépôt, Castorama, Décathlon, Fnac-Darty, Ikea, Leroy Merlin) illustrent selon lui « le caractère responsable de (leur) secteur, engagé depuis longtemps pour réduire son impact environnemental ». « Je salue les annonces des grandes enseignes de la distribution spécialisée (bricolage, électroménager, ameublement…) pour baisser la consommation électrique de leurs magasins », a réagi Agnès Pannier-Runacher, ministre de la Transition énergétique, dans une déclaration transmise à l’AFP.

« En se mobilisant, les grands acteurs de la distribution permettront également aux plus petites enseignes de s’inscrire dans ces efforts sans craindre de perdre en attractivité », a-t-elle ajouté, en rappelant l’objectif d’une baisse de 10 % de la consommation d’énergie nationale d’ici deux ans.

Extinction des enseignes lumineuses, baisse de la température ambiante

Selon France Commerce, le protocole prévoit notamment l’extinction des enseignes lumineuses dès la fermeture du magasin, la réduction de l’intensité lumineuse à l’intérieur avant l’arrivée du public et même lorsqu’il est présent lors des périodes critiques de consommation, la baisse de la température ambiante des points de vente ou encore la coupure du renouvellement de l’air pendant la nuit.

Le président Emmanuel Macron avait expliqué le 14 juillet que l’État préparait un « plan de sobriété» énergétique pour faire face au risque de pénurie liée à la guerre en Ukraine, appelant à « rentrer collectivement dans une logique de sobriété ».

Risque de pénurie d’approvisionnement

La semaine passée, la fédération Perifem, qui rassemble l’ensemble des acteurs de la distribution, avait exposé des « mesures communes et concrètes », annoncées à compter du 15 octobre mais sur lesquelles les professionnels travaillent dès à présent, pour faire face au « risque de pénuries d’approvisionnement électrique annoncées par le gouvernement pour cet hiver ».

Des premières mesures avaient été actées par E.Leclerc, Carrefour, Système U, Les Mousquetaires Intermarché, Auchan, Casino, Franprix, Monoprix, Lidl ou encore Picard, et Perifem disait espérer que le protocole serve « de base à l’ensemble des fédérations du commerce et de la distribution pour la généralisation de ces mesures ».