« Skam France » : « Ça n’aurait pas marché si on ne s’aimait pas autant dans la vie », confient Lula Cotton-Frapier et Flavie Delangle

Lula Cotton-Frapier et Flavie Delangle incarnent le duo phare de la saison 6 de « SKAM France » — GTV/Thibault Grabherr

  • La saison 6 de Skam France débute ce samedi avec la diffusion d’une première séquence sur France.tv Slash.
  • Pour ces dix nouveaux épisodes, la série traitera du thème de l’addiction avec un nouveau personnage central, celui de Lola.
  • 20 Minutes a recueilli les impressions de Lula Cotton-Frapier et Flavie Delangle, les deux actrices principales de la saison.

Le phénomène Skam revient pour une sixième (et ultime ?) saison sur France.tv Slash. La série aux plus de 130 millions de vidéos vues cumulées s’affranchit une nouvelle fois de la version originale norvégienne pour proposer une histoire inédite. Cette sixième salve d’épisodes est centrée sur Lola, une jeune adolescente souffrant d’addiction et ayant tendance à s’autodétruire. Marquée par une douloureuse épreuve personnelle, elle tentera de s’en sortir grâce à sa sœur, Daphné. 20 Minutes a pu s’entretenir avec les deux actrices, Lula Cotton-Frapier (Daphné) et Flavie Delangle (Lola), dont c’était par ailleurs la toute première interview.

Dès le teaser, on sent que la saison 6 sera plus sombre que les autres…

Lula Cotton-Frapier : Pour avoir fait cinq saisons avant, j’avoue que celle-là est la plus sombre et on s’en est rendu compte dès la lecture du premier script. Nous, on voulait aussi faire grandir nos personnages, donc ils passent par des choses beaucoup plus « dark » que ce qu’on a l’habitude de voir dans Skam. C’est beaucoup plus adulte.

Flavie, est-ce qu’on n’a pas trop la pression quand on devient l’héroïne d’une série qui a déjà cinq saisons ?

Flavie Delangle : Si, j’ai même eu la pression par rapport aux autres acteurs, parce que la plupart sont là depuis le début. Je me suis dit qu’ils allaient me haïr, qu’il allait y avoir un clan des anciens et un clan des nouveaux. Finalement, ils ont été très bienveillants, ça a été très fusionnel entre nous tous.

Lula, diriez-vous que vous avez accueilli Flavie différemment en sachant qu’elle jouait votre sœur ?

Lula Cotton-Frapier : Quand j’ai appris que Flavie passait le casting, je lui ai envoyé un message pour lui dire que je serais ravie de la rencontrer le lendemain. On a discuté brièvement, et ça avait déjà été une évidence, lorsqu’on a parlé par message. On a créé cette relation où Flavie est vraiment ma sœur. On a fait un repas chez moi, on a été au zoo, au théâtre. C’est tellement violent, ce qui se passe entre nos deux personnages que ça n’aurait pas marché si on ne s’aimait pas autant dans la vie. C’est vraiment unique, ce qui s’est passé entre nous.

La saison traite de l’addiction au sens large. Est-ce que c’est un terme qui vous parlait dès le départ ?

Flavie Delangle : Je n’ai jamais été confrontée à ça, même si ça touche plein de jeunes, et c’est triste. Pour le rôle, David Hourrègue [le réalisateur] m’a préparée en m’envoyant des articles, des documentaires. Je voulais savoir quels étaient les effets après avoir pris de la cocaïne. Je ne me suis jamais droguée, donc j’allais dans l’inconnu, il fallait que je me prépare.

Lula Cotton-Frapier : J’ai déjà joué un rôle où j’étais une meuf accro au crystal, j’avais déjà expérimenté la chose. Dans ma vie perso, j’en ai rencontré pas mal et j’ai géré quelques crises malgré mon jeune âge. L’addiction, c’est un thème qui est rarement traité de cette manière-là. Dans Skam, on ne montre pas que le côté “sexy” du truc mais le côté trash et qui touche une jeune fille très jeune, avec un mal-être profond où elle s’autodétruit.

Flavie, c’est votre premier gros projet. Est-ce que vous appréhendez les retours que vous allez avoir du public ?

Flavie Delangle : Je suis assez bien préparée. David Hourrègue m’a interdit d’aller sur Twitter (rires). Il y aura toujours des mauvais commentaires mais la première chose à laquelle je vais me fier, ce n’est pas le regard du public mais celui de mes proches, de mon agent, des gens du métier. Je ne suis apparue que dans une seule scène de la saison 5, et j’avais déjà reçu des messages adorables et des dessins des fans de la série.

Vous n’avez que 17 ans. Comment avez-vous concilié le lycée et le tournage ?

Flavie Delangle : Ça a été un enfer et c’est Lula qui m’a parlé de l’enseignement à distance. Ça a toujours été compliqué au lycée avec les autres, ils n’ont jamais été compréhensifs vis-à-vis de ce qui m’arrivait. Quelqu’un m’a envoyé les cours, mais j’avais pris trop de retard. J’ai convaincu mes parents de m’inscrire au CNED et de faire l’enseignement à distance. C’est tellement plus simple.

Lula, vous vous êtes lancée dans la chanson récemment. Est-ce que c’est une manière de préparer l’après-Skam ?

Lula Cotton-Frapier : C’est une façon de lancer l’après-Skam, mais j’ai toujours voulu combiner les deux choses, elles sont indissociables. J’aimerais vraiment pouvoir aller un peu plus intensément dans la musique et sortir mon projet. Le confinement nous a coupé l’herbe sous le pied mais je vais reprendre tout ça et finaliser l’EP.

Série

« Skam France » : Comment le scénariste a réécrit la saison 5 en une nuit pour retirer un personnage

Série

Avec « Stalk » sur France TV Slash, vous ne regarderez plus vos écrans et vos ados comme avant

21 partages