Seine-Saint-Denis : Un homme condamné à 12 mois de prison ferme pour avoir frappé un policier avec sa matraque

Il était accusé d’avoir violenté un policier. Jugé en comparution immédiate, un homme de 34 ans a été condamné, mardi, à Paris, à 12 mois de prison ferme avec mandat de dépôt pour avoir frappé à la tête un agent de la brigade anticriminalité trois jours plus tôt. La victime a reçu un coup de bâton télescopique de défense que son agresseur avait subtilisé, ainsi que de nombreux coups de pied et de poing sur le corps. Blessée au visage, elle a été transportée à l’hôpital Bichat. Le fonctionnaire a reçu une ITT de quinze jours après examen.

Le policier a bien cru ce soir-là qu’il allait « y rester ». Les policiers qui patrouillent sur le périphérique parisien remarquent, à hauteur de la porte de Clichy, une 208 blanche qui roule à vive allure en slalomant entre les autres véhicules. Ils décident de contrôler sa conductrice. Mais cette dernière refuse d’obtempérer et prend la fuite en direction de Saint-Ouen. Arrivée boulevard Victor Hugo, elle perd le contrôle de sa voiture et percute une borne anti stationnement. Elle et son passager sortent précipitamment et s’enfuient derrière la gare.

Une fuite après un contrôle routier

La conductrice, une femme née en 2001 et originaire de Haute-Savoie, est interpellée rapidement. L’un des policiers parvient à rattraper son passager. Mais il comprend alors – trop tard – qu’il est tombé dans un véritable « guet-apens ». « Je comprends qu’il savait où il allait et où il voulait m’emmener », raconte-t-il dans sa plainte consultée par 20 Minutes. Alors qu’il tente de menotter le fuyard, celui-ci se met à hurler : « venez m’aidez ! » Plusieurs hommes viennent à son contact afin qu’il lâche celui qu’il tente péniblement d’interpeller. Ils commencent à le frapper, à essayer de voler son arme, lui prennent sa radio pour qu’il ne puisse pas appeler de renfort.

La situation « est plus que critique ». Le fuyard en profite pour subtiliser la matraque du policier, qui tente de se défendre seul, et s’en sert pour le frapper à la tête. « Je tombe alors sur le sol et perds connaissance un bref instant. » Il rouvre les yeux, voit le suspect qui fuit en courant, se relève et se lance à nouveau à sa poursuite. Ses autres agresseurs, eux, se volatilisent. Quelques instants plus tard, il parvient à le rattraper. Le fuyard lui lance la matraque, mais sans l’atteindre. Une bagarre éclate ensuite entre les deux hommes. Une fois au sol, le fonctionnaire parvient enfin à menotter le suspect.

Pour quelles raisons cet homme a-t-il tenté de semer les policiers ? Selon l’agent victime, il s’est débarrassé dans sa fuite d’une sacoche qui n’a pas été retrouvée. La conductrice, elle, était en état d’ébriété avancé. Son taux d’alcool dans le sang était de 1,5 gramme, trois fois le taux autorisé.