Seine-Saint-Denis : Six individus suspectés d’avoir enlevé la gérante du Pachamama interpellés

Gendarmerie, illustration — JEAN-PIERRE CLATOT / AFP

Les gendarmes les soupçonnent d’avoir dérobé par moins de 400.000 euros dans les coffres du Pachamama, un restaurant-discothèque du 12e arrondissement de Paris. Selon nos informations, confirmant celles du Parisien, six hommes ont été interpellés en début de semaine en Seine-Saint-Denis. Ils sont suspectés d’avoir séquestré la cogérante de l’établissement et sa fille de 34 ans, en février, alors qu’elles se trouvaient à leur domicile d’Orgeval, dans les Yvelines.

Alors que la jeune femme était parvenue à s’enfuir et à donner l’alerte, sa mère avait été enlevée avant d’être relâchée, plusieurs heures plus tard, au bord d’une route à Bry-sur-Marne (Val-de-Marne), par ces hommes encagoulés. Entre-temps, ses ravisseurs l’avaient délesté des codes d’accès et des clés de l’établissement, notamment celles des coffres-forts. Quand les gendarmes sont arrivés, il avait été vidé des bijoux et de l’argent liquide qu’il contenait. Un préjudice estimé à environ 400.000 euros.

Confondus par l’ADN

Huit mois plus tard, les gendarmes de la section de recherche de Versailles sont remontés jusqu’à eux grâce notamment grâce à l’analyse des prélèvements ADN. Lors des perquisitions réalisées en Seine-Saint-Denis, les enquêteurs ont mis la main sur des armes de poing, un fusil à pompe et une quantité importante de cocaïne. Parmi les six personnes arrêtées, quatre ont été mises en examen pour « vol en bande organisée », « arrestation, enlèvement, séquestration » et « association de malfaiteurs et vol avec violences commis en bande organisée ».

Trois d’entre elles, des frères d’une cinquantaine d’années bien connus des forces de l’ordre, ont été placés en détention provisoire. Une quatrième personne a été placée sous contrôle judiciaire.

Faits divers

Eure-et-Loir : Les gendarmes démantèlent une filière de recel de parfums de luxe

Paris

Paris: La sœur et la nièce du patron du «Pachamama» enlevées et séquestrées, le club dévalisé

0 partage