Sécheresse : 93 départements en état d’alerte en France

Chaleur et manque de précipitations… Le cocktail est détonnant. Toute la France métropolitaine, à l’exception de Paris, des Hauts-de-Seine et de la Seine-Saint-Denis, était placée jeudi en alerte sécheresse à différents niveaux, soit 93 des 96 départements de métropole, a indiqué le ministère de la Transition écologique.

« Nous avons ce jour 93 départements concernés par une restriction au-delà de la vigilance, sur au moins une partie du territoire : 9 en alerte, 38 en alerte renforcée et 46 en crise », indique le ministère. Une large majorité des départements au sud d’une ligne allant du Calvados aux Alpes-Maritimes est en crise sécheresse. Les autres départements au sud de cette ligne sont en alerte renforcée, sauf les Côtes d’Armor, en alerte.

Le mois de juillet le plus sec jamais enregistré

Depuis mercredi, « on note le passage de la Haute-Vienne et des Hautes-Alpes en crise, les Yvelines sont passés en alerte et la Haute-Loire en alerte renforcée ». Les restrictions d’usage d’eau varient selon le seuil d’alerte, allant de l’interdiction d’arrosage des jardins à certaines heures, à un arrêt des prélèvements non prioritaires y compris des prélèvements à des fins agricoles.

Au niveau de crise, seuls les prélèvements permettant d’assurer l’exercice des usages prioritaires sont autorisés, liés à la santé, la Sécurité civile, l’eau potable et la salubrité. La France métropolitaine devrait vivre son mois de juillet le plus sec depuis le début des mesures en 1959, selon Météo-France.

Plus sec et plus chaud que la normale

Toujours selon Météo-France, qui publie chaque mois des tendances pour les trois mois à venir, « le scénario plus chaud que la normale est le plus probable pour la France » pour la période d’août à octobre, avec une confiance « modérée » dans ce scénario.

« Un scénario plus sec que la normale est le plus probable sur une bonne partie centrale de l’Europe, depuis le quart nord-est de la France jusqu’à la Pologne et l’ouest de l’Ukraine », mais « aucun scénario ne se dégage sur les autres régions françaises », fait savoir le service de météorologie.