Saint -Valentin : « Le portable est l’extension de la main de ma femme »… Comment le smartphone pourrit les relations amoureuses

« Je rêve du temps de nos parents et de nos grands-parents où le téléphone portable n’existait pas, soupire Elise, 28 ans. Mon compagnon ne peut même pas se laver les mains sans décrocher son regard de son téléphone. » Le smartphone, meilleur ennemi du couple ? Alors qu’on célèbre ce lundi la Saint-Valentin, beaucoup de nos internautes reconnaissent que le portable est source de conflit dans leur couple. Voire un tue-l’amour.

Un sondage de Bouygues de janvier 2021 mettait la puce à l’oreille sur cette tendance problématique : 62 % des Français trouvent que leur moitié passe trop de temps sur son portable.

« Si on est chacun sur son téléphone, autant faire une colocation ! »

Ce petit ustensile prend une grande place dans nos quotidiens… et monopolise souvent l’attention de notre moitié. « Si en rentrant à la maison on est chacun sur son téléphone, autant faire une colocation ! », tacle Elise.

Illustration d'un smartphone.
Illustration d’un smartphone. – Pixabay

« L’excès de portable me gêne lorsqu’on ne s’est pas vu de la journée et que ma compagne est longtemps dessus le soir. Ou quand on va voir des amis et bien sûr quand on est à table, liste Gaël, 22 ans. Des fois, j’ai envie de lui confisquer ou de le jeter. Il arrive qu’elle ne m’écoute pas quand je lui parle parce qu’elle est en train de regarder des trucs sur son tel. » « Le portable est l’extension de la main de ma femme, voire sa prothèse !, s’alarme de son côté Mehdi, 31 ans. Les notifications à table lui génèrent des strabismes passagers et au lit, elle s’endort en le posant à côté de ma tête, ce qui a le don de me rendre fou ! »

« Le smartphone peut devenir l’ennemi du couple quand l’usage est excessif, confirme Magali Briane, psychiatre et addictologue. Il y a une personne ou deux d’ailleurs, qui sont moins disponibles. » Mais comment définir une utilisation « excessive » ? « Ce n’est pas une question de durée, mais de comportement, reprend celle qui est également membre du Collège Scientifique de la Fondation Ramsay Santé. Dans l’addiction, il y a le fait d’augmenter la consommation du produit, mais surtout ne pas pouvoir s’en passer même quand ça pose problème. »

« Notre vie sexuelle en a pris un sacré coup »

Anaïs, 25 ans, vit depuis six ans avec son conjoint et l’a toujours connu accro au portable. « Son addiction est tellement forte qu’il achète un téléphone environ tous les 18 mois, voire moins. Un soir, il a eu un accident de la route qui lui a valu plus de six mois d’arrêt, il a commencé à se rendre compte qu’il me négligeait à cause du temps passé sur son téléphone. Cela n’a duré qu’un temps… Notre vie sexuelle en a d’ailleurs pris un sacré coup. » Un impact sur la vie intime que plusieurs lecteurs évoquent. « C’est devenu infernal, ma conjointe a tout le temps quelque chose à faire sur le portable, regrette Sylvain, 36 ans. Ça tue la libido. » D’ailleurs, l’enquête de Bouygues dévoilait qu’un couple sur 2 consulte au lit son smartphone, chacun de son côté. Un phénomène encore accentué chez les jeunes : c’est 75 % chez les 18-34 ans.

Comment essayer de se désintoxiquer ?

Beaucoup aspirent à retrouver une vie de couple un peu plus passionnée, mais ne savent pas comment. « Mon mari est H24 sur son téléphone, il passe son temps à jouer, à chercher des trucs, il trouve toujours quelque chose à faire, c’est insupportable, se plaint Soraya, 28 ans. Mais bon, on vit avec on n’a pas le choix. » Vraiment ? S’il est évident que se passer de smartphone aujourd’hui peut mettre des bâtons dans les roues côté professionnel, établir quelques règles pour mieux vivre à deux n’est pas impossible.

« Il faut en parler, entendre ce que cela fait vivre à l’autre, conseille Magali Briane, addictologue. Essayer de mettre des règles qui conviennent aux deux. Par exemple, ne pas utiliser le portable pendant qu’on est à table, couper les notifications à certains moments, décider de moments de partage et de déconnexion comme un cinéma, un sport. L’idée n’est pas de jeter le smartphone, mais de réguler son usage pour que chacun y trouve son compte. » Pourquoi ne pas choisir ensemble un créneau horaire sans smartphone, puis avec ? Ou un tiroir où on dépose le portable le temps d’un repas, d’un jeu, d’un film ?

« On a instauré quelques règles »

Certains lecteurs partagent leurs parades. « A partir de maintenant, quand elle prend son téléphone pendant un film, je mets sur pause pour lui faire comprendre que ça me dérange et que j’attends qu’elle pose son téléphone pour continuer, explique Pierre, 19 ans. Ça marche plutôt bien et elle comprend assez vite. »

Gaël, 22 ans, a également trouvé des solutions en dialoguant avec sa copine. « Il nous est arrivé de convenir que je lui prenne pendant qu’elle travaille pour qu’elle ne soit pas déconcentrée. On s’est souvent disputés sur le sujet mais on fait beaucoup d’efforts chacun sur ce que nous reproche l’autre, et on a instauré quelques règles, notamment pas de téléphone à table, et pas quand on regarde un film. Mais il arrive parfois que certaines mauvaises habitudes liées au téléphone reviennent, sûrement dues à une éducation différente concernant l’utilisation des écrans. »

Car la question du smartphone n’est parfois que la partie émergée de l’iceberg… « J’ai instauré des règles, le portable n’entre plus dans la chambre ou à table, insiste Mehdi. J’ai de ce fait mis le doigt sur le fait que ça soulève peut-être un autre souci… de communication. Celle sans forfait, la réelle. »