Saint-Nazaire : C’est signé, le plus grand voilier du monde sera un paquebot français

Une « nouvelle ère » s’ouvre pour l’industrie navale. Le groupe hôtelier français Accor, via sa filiale Orient Express, a en effet passé commande auprès des Chantiers de l’Atlantique de deux premiers paquebots à voiles, une technologie innovante, baptisée « Silenseas », sur laquelle travaillaient depuis plusieurs années les bureaux d’études du constructeur nazairien. Longs de 220 m, ces navires seront surmontés de trois voiles géantes en fibre carbone ce qui en fera les « plus gros voiliers du monde ». Leur livraison est prévue pour 2026 et 2027. Deux commandes supplémentaires sont également en option.

« Nous portons depuis plusieurs années un intérêt pour la propulsion à voile. Il fallait un premier client. Nous sommes ravis que ce soit Accor », se réjouit ce vendredi Laurent Castaing, directeur des Chantiers de l’Atlantique. Nettement plus petits que les derniers géants des mers sortis par le constructeur naval, les deux bateaux pourront embarquer chacun 120 croisiéristes. Luxueusement équipés, ils proposeront 54 cabines à la superficie moyenne de 70 m2, dont une « suite présidentielle monumentale de 1.415 m2 ». Deux piscines et deux restaurants distrairont également les passagers.

Mais c’est bien la présence de mâts et de voiles qui offrira aux embarcations leur principale originalité. Conçu sur le modèle « solid sail » élaboré par les Chantiers de l’Atlantique, le dispositif vélique permettra d’économiser « 30 à 40 % » de carburant (fioul et gaz naturel liquéfié) et de « diminuer d’autant » les émissions de CO2. Objectif : faire du navire une « référence sur le plan environnemental ».

« Si ça marche, il y en aura beaucoup d’autres »

Composé d’une base d’acier surmontée de carbone, le mât, dont un prototype est installé depuis ce vendredi sur le port de Saint-Nazaire, sera haut de 72 m et pourra s’incliner de 70 degrés. Les voiles, quant à elles, s’étendront chacune sur 1.500 m2 et seront repliables. « Elles suffiront au navire quand il y aura du vent. Mais quand le vent faiblira, il faudra utiliser le moteur », explique Laurent Castaing. Contrairement à la plupart des voiliers, le bateau naviguera à plat grâce à l’installation de caisses de gîte. « Les passagers ne sentiront rien », assure le directeur. « C’est un voilier conçu pour laisser place aux rêves. Un écrin accueillant le meilleur des savoir-faire tricolores », s’enthousiasme Sébastien Bazin, le PDG d’Accor.

Un mât prototype de 78 m de haut est installé depuis le 13 janvier sur le port de Saint-Nazaire.
Un mât prototype de 78 m de haut est installé depuis le 13 janvier sur le port de Saint-Nazaire. – F.Brenon/20Minutes

Un système identique de propulsion à voiles sera installé sur le futur cargo de la compagnie française Neoline, dont le calendrier de construction sera dévoilé la semaine prochaine. « Nous sommes de plus en plus convaincus que cette solution aura un avenir à la fois pour les paquebots et les navires de charge [transport de marchandises]. Si ça marche, il y en aura beaucoup d’autres », parie Laurent Castaing. Les perspectives sont telles que les Chantiers de l’Atlantique étudient désormais la possibilité de construire une « usine spécifique pour les mâts et les voiles ». Le site de Saint-Nazaire étant souvent saturé, son implantation est envisagée en Bretagne. « Pour les commandes actuelles, on a les moyens de faire sur place à Saint-Nazaire. Mais on pense qu’il y aura d’autres commandes. »

Présent dans 110 pays, avec 5.300 hôtels et 10.000 restaurants et bars, Accor est l’un des poids lourds mondiaux du secteur de l’hôtellerie.