Rugby : « Une Coupe d’Europe faussée »… Après le fiasco toulousain, la LNR et Bernard Laporte lancent les hostilités

La France du rugby se dresse contre l’EPCR, en charge de l’organisation de la Champions Cup et du Challenge européen. Ce samedi, le président de la Ligue nationale de rugby (LNR) René Bouscatel a dénoncé une Coupe d’Europe « faussée et décrédibilisée » après l’annulation du match de Toulouse face à Cardiff, la veille. L’EPCR avait donné match perdu 28-0 au Stade Toulousain, tenant du titre, en raison de contaminations au Covid-19 dans les rangs du club français, qui assurait disposer d’un effectif suffisant pour jouer.

« Je comprends la colère des joueurs et de leurs clubs. Les décisions de l’EPCR sont antisportives et décourageantes », a tweeté en soutien Bernard Laporte, président de la Fédération française de rugby.

Pour Bouscatel, par ailleurs ancien président du Stade Toulousain, il s’agit d’« une décision inique ». L’EPCR « décide d’annuler un match en ne respectant pas son règlement. Ce qui décrédibilise ceux qui ont pris cette décision mais également l’organisateur et la compétition en elle-même », a-t-il poursuivi.

En Top 14, le match se serait joué

« Le règlement, c’est qu’on applique les règles du pays du club qui reçoit. Ce match se jouant en France, c’est l’application de la réglementation sanitaire française. » « Si ce match avait été un match de Top 14, il se jouait », a ajouté le patron de la LNR, en charge du championnat de France d’élite. Selon le protocole sanitaire français, un club doit disposer de 23 joueurs, dont au moins six première ligne et quinze professionnels, afin qu’un match puisse se tenir.

Des critères remplis par le club haut-garonnais, selon le XV de départ dévoilé vendredi avant même l’horaire imparti. Le quintuple champion d’Europe, le club le plus titré de l’histoire de la compétition, n’a donc plus son destin entre les mains jusqu’à l’issue dimanche de la 4e et dernière journée de la phase de groupes.

L’EPCR a justifié son choix d’annuler le match par « un nombre significatif de résultats positifs » au Covid-19 dans l’effectif toulousain et un « risque de contamination supplémentaire ayant été jugé trop important ».

Le président stadiste Didier Lacroix s’est insurgé contre cette « injustice » et cet « irrespect », alors que ses joueurs ont signé une lettre ouverte pour dénoncer cette décision.