Rugby : L’inspection du travail saisie sur le « climat social » de l’organisation du Mondial 2023

La Coupe du monde de rugby 2023 dans la tourmente : le ministère des Sports a décidé mercredi de saisir l’inspection du travail sur « des éléments préoccupants » liés au « climat social » au sein du comité d’organisation après une enquête du journal L’Equipe.

Le quotidien décrit un climat de travail « extrêmement dégradé », où se mêlent burn-outs, démissions et crises d’anxiété sous le coup d’un « management par la terreur » mis en place par Claude Atcher et sa cheffe de cabinet. Interrogé par l’AFP mercredi soir, Atcher n’a pas souhaité réagir, indiquant uniquement « laisser les gens chargés de chercher la vérité faire leur travail ».

La FFR promet aussi une enquête

La ministre a saisi l’inspection du travail ainsi que le comité d’éthique du Groupement d’intérêt public (GIP) du Mondial « pour faire toute la lumière sur cette situation », et « le plus rapidement possible ». Elle a ainsi assuré : « Les partenaires sociaux seront réunis dès demain (jeudi) par la direction générale du GIP et pleinement associés à cette démarche d’enquête et d’analyse. »

Dans la foulée, la Fédération française de rugby (FFR), dirigée par Bernard Laporte, a annoncé convoquer le comité économique et social de France 2023 « afin que soit diligentée dans les meilleurs délais une enquête sociale », en ajoutant : « La FFR s’associe à l’Etat dans sa volonté de faire toute la lumière sur la situation interne. »