Rouen : Un collaborateur d’une députée LREM agressé, les syndicats dénoncent une violence « inacceptable »

assemblée nationale (illustration) — A. GELEBART / 20 MINUTES

« Nous ne pouvons être les victimes collatérales de la violence politique actuelle » : les syndicats de collaborateurs parlementaires ont dénoncé jeudi l’agression « inacceptable » d’un des leurs en marge d’un meeting à Rouen dans le cadre des élections municipales.

Le collaborateur de la députée LREM Sira Sylla a été victime « d’une attaque d’une violence sans nom de la part d’une vingtaine de militants d’extrême gauche. Insultes, coups, un œuf écrasé sur l’œil. Cinq jours d’ITT et traumatisé », a tweeté mercredi soir l’élue de Seine-Maritime, soulignant que l’agression du jeune homme de 21 ans a en outre été diffusée sur les réseaux sociaux.

Les sept organisations syndicales de collaborateurs solidaires

Il a reçu le soutien de plusieurs « marcheurs » sur le réseau social, dont leur chef de file Gilles Le Gendre pour qui « toute violence contre les élus de la République et leurs collaborateurs est une attaque contre la démocratie ».

Dans un communiqué commun, les sept organisations syndicales des collaborateurs parlementaires (CFE-CGC, CFTC, CGT, CFDT, SNCP-FO, Solidaires et Unsa) jugent « inacceptable et intolérable que les collaborateurs parlementaires, salariés de droit privé sans avantages ni droits particuliers, soient ainsi pris à partie physiquement et verbalement ».

Cette agression « s’inscrit dans un contexte de montée des tensions et des violences politiques dans le pays depuis plus d’un an et demi au cours duquel un certain nombre de permanences parlementaires ont été dégradées », observent les syndicats.

Mettant en avant la « précarité » de leur emploi et « des salaires largement inférieurs aux missions et aux horaires » demandés, ils invitent « tous les acteurs du débat public » à condamner « fermement et sans ambiguïté toute agression », estimant que « laisser paraître la moindre forme de tolérance pour des faits intolérables abîme la démocratie ». Les collaborateurs sont environ 2.000 à l’Assemblée et un millier au Sénat.

Politique

Municipales 2020 : Qui sont les électeurs qui votent dans une commune où ils ne vivent pas ?

Société

Incendie de Lubrizol à Rouen : La commission d’enquête du Sénat rendra ses conclusions début avril

10 partages