Roland-Garros: Défaite rageante, polémique et «intox»… Pour Novak Djokovic, le rêve de «Djoko-Slam» tourne au cauchemar

Novak Djokovic, dominé par Dominic Thiem en demi-finale de Roland-Garros, le 8 juin 2019. — Christophe Archambault / AFP

  • Battu en cinq sets par Dominic Thiem, Novak Djokovic ne défiera pas Rafael Nadal en finale pour tenter de remporter un deuxième « Djoko-Slam », c’est-à-dire un Grand Chelem à cheval sur deux années.
  • Le numéro 1 mondial a aussi dû s’expliquer sur son attitude au cours d’un match disputé sur deux jours.

A Roland-Garros,

Les organisateurs n’ont même pas eu le temps de prévenir les médias de son arrivée. Quelques minutes à peine après sa défaite épique en cinq sets et deux jours contre Dominic Thiem, ce samedi en finale de Roland-Garros, Novak Djokovic a transpercé la foule entre le Chatrier et le centre de presse pour venir s’exprimer.

Le numéro 1 mondial avait la tête des très mauvais jours. Le vent parisien a emporté en deux temps ses rêves de deuxième « Djoko-Slam », ce fameux Grand Chelem à cheval sur deux années déjà réussi en 2015-2016. Cette fois, après Wimbledon et l’US Open 2018, puis l’Open d’Australie 2019, le Serbe de 32 ans s’est cassé les dents sur les parpaings expédiés pendant 4h13 par le 4e joueur mondial (6-2, 3-6, 7-5, 5-7, 7-5) : « Félicitations à lui, il a joué un super tennis. »

Au-delà de cette défaite, après 26 succès de rang en Grand Chelem, Djokovic n’a pas évité les questions sur la fameuse coupure intervenue vendredi soir, alors qu’il était mené 3-1 dans la troisième manche. Son départ rapide pour l’hôtel, combiné à l’absence de pluie après l’interruption définitive, avaient affolé la « raquettosphère ».

Djoko en défense

Au point de faire naître des doutes : le meilleur joueur du monde est-il aussi le patron occulte du tournoi ? « J’ai quitté le site quand ils ont annoncé l’annulation du match pour la journée », s’est défendu le vainqueur de Roland-Garros 2016. Autrement dit : pas avant.

Mais comme il l’avait déjà manifesté à plusieurs reprises sur le court, Djokovic n’a vraiment pas aimé l’expérience. Extraits :

  • « Quand vous jouez dans un ouragan, c’est difficile d’être à son meilleur niveau »
  • « C’est l’une des pires conditions dans lesquelles j’ai joué »
  • « Quand j’ai demandé au superviseur dans le premier set, il a répondu : s’il n’y a pas d’objet qui vole, c’est bon. Je ne savais pas que le parapluie n’en était pas. C’est leur décision. Ils connaissent mieux que nous le tennis. »

Bon camarade, Thiem n’a pas polémiqué, avant de retrouver un Nadal reposé en finale : « Les conditions étaient très difficiles vendredi, je n’avais jamais joué avec autant de vent. Il était aussi supposé pleuvoir. Pour moi, c’était une décision raisonnable d’interrompre le match. »

Leconte : « Il faut être honnête, il y a eu de l’intox »

Henri Leconte était plus dubitatif. Un sourire en coin, le finaliste à Paris en 1988 glissait : « Il faut être honnête, il y a eu de l’intox. « Nole » a utilisé le fait qu’il soit numéro 1 pour essayer de se remettre car il n’était pas bien. Mais tout le monde l’aurait fait. »

Ce samedi, le vent était présent, mais c’est une belle averse qui a amené à une nouvelle suspension pendant 70 minutes, à 4-1 Thiem, 40-A au cinquième. Djokovic a bien cru renverser la situation après avoir sauvé deux balles de match et recollé à 5-5. Mais c’est lui qui a craqué.

Auparavant, comme la veille, l’homme aux 15 titres en Grand Chelem s’était énervé, au point d’échanger quelques mots avec l’arbitre. Maintenant, le Serbe va essayer de digérer sa déception. Pense-t-il rejouer d’ici Wimbledon ? « Je n’en sais vraiment rien. » Il s’agissait de ses derniers mots d’un tournoi parfait jusqu’à cette maudite demie (pas un set de perdu), mais qui, au final, ne rajoutera rien à sa gloire.

Sport

Roland-Garros: Djokovic vs Thiem: Domi sort Nole et s’offre une revanche contre Nadal… Revivez la fin du match…

74 partages