Retour au calme à Limoges après deux nuits de violences urbaines

Les riverains avaient manifesté leur ras-le-bol. Ils doivent être satisfaits de constater que ce jeudi, le calme est revenu dans le Val de l’Aurence. Ce quartier populaire de Limoges avait été le théâtre d’affrontements lors des deux nuits précédentes entre des dizaines de jeunes encagoulés et les forces de l’ordre.

Le dispositif de sécurité renforcé mis en place « a permis un retour au calme rapide dans le quartier, sans qu’aucun nouvel incident n’ait été déploré », indique un communiqué de la préfecture de Haute-Vienne.

Dispositif maintenu

Avec ses 64 CRS en renfort de la police nationale locale, le dispositif sera maintenu dans les prochains jours, ajoute la même source qui « réaffirme que les violences intervenues ces derniers jours sont intolérables ».

Dans les nuits de lundi à mercredi, ce quartier classé prioritaire avait été le théâtre d’affrontements violents. Un CRS avait été légèrement blessé par un tir de mortier, trois voitures brûlées.

« Essentiellement des dealers »

Les violences avaient débuté après l’arrivée de pompiers épaulés par la police pour éteindre un feu de voiture, accueillis par des jets de cocktails Molotov, de mortiers d’artifice et de projectiles en tous genres.

Selon le secrétaire général de la préfecture, la plupart des fauteurs de troubles étaient des jeunes de 13 à 17 ans, originaires d’Afrique subsaharienne et de Mayotte. Le maire LR de Limoges Emile-Roger Lombertie affirme de son côté que le quartier abrite des « bandes vraiment organisées, essentiellement des dealers, organisées autour de bandes de Mahorais ».