Rennes : « On a faim »… La photo d’un sandwich du Crous fait scandale

Un morceau de pain, quelques miettes de poulet, un peu de salade et un soupçon de mayonnaise. La photo d’un sandwich du Crous de Rennes diffusée par l’Union Pirate a fait réagir sur les réseaux sociaux du syndicat étudiant. Le message alerte à la fois la direction du Crous Bretagne, mais aussi le président de la République Emmanuel Macron avec ces mots clairs : « On a faim. »

Ce n’est pas la première fois que le syndicat étudiant critique le Crous. Depuis la rentrée, de nombreux témoignages ont terni l’image des restaurants universitaires de Rennes : des quantités de plus en plus limitées, une qualité en berne et une attente parfois interminable qui contraint bon nombre d’étudiants à trouver d’autres solutions. Proche de la Nupes, le syndicat majoritaire de l’université Rennes-2 s’est emparé du sujet et publie régulièrement des messages dénonçant la situation. Le 25 octobre, des membres du syndicat s’étaient invités au conseil d’administration du Crous pour faire entendre leur voix.

Proposé à 3,30 euros (1 euro pour les boursiers), le repas du Crous a été fragilisé par l’inflation. Dans un reportage en caméra cachée réalisé pour son 20 Heures à Rennes, la chaîne France 2 a confirmé la baisse des rations. Le Crous Bretagne, autrefois réputé pour la qualité de son service, a tenté de répondre par la voix de son directeur, expliquant « respecter un grammage réglementaire, correspondant aux dépenses caloriques d’un jeune adulte ».

Dans un communiqué diffusé en septembre, la direction avait expliqué que les coûts de production avaient « fortement augmenté pour atteindre près de huit euros par repas » et regretté « les difficultés d’approvisionnement ou les augmentations du prix des denrées alimentaires ». Avant de préciser que le tarif social n’a connu « qu’une augmentation de 5 centimes en six ans ». C’était en 2019.