Rennes : Le tracé des quatre futures lignes de trambus dévoilé

Ils sont déjà en service dans les agglomérations de Metz, de Bayonne ou du Mans. A mi-chemin entre un tramway et un bus, les trambus débarqueront d’ici cinq ans dans la capitale bretonne. Le choix de ce nouveau moyen de transport 100 % électrique avait été acté en 2020 quand les élus planchaient sur le futur plan de déplacements urbains de la métropole rennaise. « On avait fait ce choix plutôt que de prolonger la ligne B du métro en dehors de la rocade », rappelle André Crocq, premier vice-président.

L’investissement s’avère il est vrai bien moins coûteux, de l’ordre de 200 millions d’euros hors taxes. Et tout aussi efficace en termes de service selon Matthieu Theurier, vice-président chargé de la mobilité et des transports. « C’est un bus à haut niveau de service qui offre les mêmes avantages qu’un tramway », assure-t-il. A l’issue de l’étude de faisabilité, quatre lignes ont été retenues. Dévoilé ce jeudi soir au conseil métropolitain, leur tracé passera par sept communes (Rennes, Saint-Grégoire, Vezin-Le-Coquet, Saint-Jacques-de-la-Lande, Bruz, Chantepie et Cesson-Sévigné).

Le tracé des quatre futures lignes a été dévoilé ce jeudi soir au conseil de Rennes Métropole.
Le tracé des quatre futures lignes a été dévoilé ce jeudi soir au conseil de Rennes Métropole. – Rennes Métropole

Le projet vise à relier plus rapidement la première couronne au cœur de ville grâce à l’aménagement de voies dédiées et la construction de parcs-relais aux terminus. « On mise sur la fréquence avec un trambus toutes les six minutes en moyenne en heure de pointe », souligne Matthieu Theurier, qui table sur un potentiel de 90.000 voyages par jour à l’horizon 2035. « Soit l’équivalent d’une troisième ligne de métro », précise-t-il.

Deux lignes en 2027, les deux autres en 2030

Alors que le début des travaux est prévu pour 2025, la mise en service des quatre lignes s’étalera sur trois ans. Les deux premières, la T1 (entre le centre Leclerc de Saint-Grégoire et la zone artisanale Saint-Sulpice à Rennes) et la T2 (de Vezin-le-Coquet à Cesson-Sévigné), commenceront ainsi à fonctionner à partir de 2027. Pour les deux autres, la T3 (entre Saint-Grégoire et Chantepie) et la T4 (de Saint-Jacques-de-la-Lande à Bruz), il faudra en revanche attendre 2030. Elles viendront à terme remplacer certaines lignes Chronostar qui circulent actuellement sur le réseau.

On ignore encore le nombre de trambus qui circuleront sur les 55 kilomètres de lignes et le modèle qui sera retenu. La procédure d’appel d’offres sera lancée « début 2023 », précise Matthieu Theurier.