Rennes : Le groupe Le Duff porte plainte après des tags visant son siège

La contestation contre le projet d’une usine de viennoiseries surgelées Bridor à Liffré près de Rennes ne faiblit. Dans la nuit de vendredi à samedi, des opposants ont tagué les grilles du siège social du groupe Le Duff, qui porte le projet, situé près du centre commercial Alma à Rennes. « Stop Bridor Liffré : On commence à perdre patience », indiquait le message, qui a été effacé depuis. Plusieurs serrures de filiales du puissant groupe agroalimentaire breton (Del Arte, Brioche Dorée, Fournil de Pierre…) ont également été bloquées.

Contactée par 20 Minutes, la direction du groupe Le Duff indique avoir porté plainte après ces dégradations. Dimanche après-midi, l’action a été revendiquée en ligne par un mystérieux groupe de « brioches fâchées » sur le site « d’informations par et pour les luttes » Expansive.info. « Devant le refus légitime de ce projet, Louis Le Duff s’est plaint dans la presse des délais que lui imposent ses opposant.es, écrivent-ils. Qu’il soit rassuré, ce n’est pas prêt de s’arrêter. »

Louis Le Duff s’agace du retard pris par son usine

Muet depuis le début de la contestation autour de son projet de boulangerie industrielle, le PDG du groupe avait poussé un coup de gueule début novembre et fait part de son agacement face au retard pris par son usine. « Malgré un démarrage du projet en 2017, il n’y aura pas d’ouverture avant 2027 au plus tôt ! Nous ne pouvons pas nous permettre d’attendre dix ans pour que nos projets industriels aboutissent ! », avait-il déclaré.

« Le Duff perd patience, nous aussi ! », lui répondent ses opposants, dénonçant un projet qui « menace de bétonner plus de vingt hectares de terre et de consommer plus de 180 millions de litres par an ». Le groupe Le Duff indique pour sa part que son usine va permettre la création de 500 emplois.