Rennes : Condamnée après un accident de train mortel, « la SNCF va devoir se bouger pour protéger ses clients »

La collision entre un camion et un TER avait fait trois morts et plusieurs dizaines de blessés en 2011 à Saint-Médard-sur-Ille. — J. Gicquel / 20 Minutes

  • La cour d’appel de Rennes a confirmé ce mardi les condamnations de la SNCF et d’un chauffeur routier après un accident mortel qui avait fait trois morts et des dizaines de blessés en 2011 à Saint-Médard-sur-Ille.
  • A l’annonce de la décision, les familles des victimes ont exprimé leur « profond soulagement ».
  • Elles espèrent maintenant que la SNCF va engager des travaux de sécurisation sur les passages à niveau identifiés comme dangereux.

Assise sur un banc de la cour d’appel de Rennes, Marie-Louise Beaupère peine à cacher son émotion. « Cette décision ne me rend pas heureuse mais cela m’apaise », indique-t-elle. Avec d’autres victimes de l’accident de train mortel de Saint-Médard-sur-Ille ( Ille-et-Vilaine), qui avait fait trois morts et plusieurs dizaines de blessés le 12 octobre 2011, elle a entendu ce mardi matin la cour confirmer en appel les condamnations de la SNCF et du chauffeur du poids lourd qui avait été percuté par un TER à un passage à niveau.

Comme en première instance, le routier a écopé d’une peine de 36 mois de prison avec sursis tandis que les entreprises SNCF Réseaux et SNCF Mobilités ont été condamnées à 300.000 euros d’amende chacune pour « manquements graves » en matière de sécurité. Lors du premier procès, qui s’était tenu en juillet 2018, le tribunal correctionnel de Rennes avait estimé que « la SNCF avait connaissance de la dangerosité du passage à niveau n°11 de Saint-Médard » mais était restée « passive ».

« Ne pas attendre un nouveau drame »

« La SNCF va désormais devoir se bouger et ne pas attendre un nouveau drame pour protéger ses clients », a souligné Marie-Louise Beaupère. Président de l’association de victimes Solidarité Saint-Médard PN11, Lionel Labourdette estime quant à lui que cette décision de justice « doit être un électrochoc » pour l’entreprise ferroviaire. « Les passages à niveau identifiés comme dangereux doivent désormais faire l’objet de travaux de sécurisation au plus vite », a-t-il souligné à l’issue du délibéré.

En plus des amendes, la SNCF a également été condamnée à verser à certaines victimes des sommes de 50.000 euros au titre « du préjudice exceptionnel de mort imminente » et de 10.000 euros au titre « du préjudice d’angoisse, d’attente et d’inquiétude ». Les avocats de la SNCF n’ont pas souhaité réagir à la sortie de l’audience. Ils ont désormais cinq jours pour se pourvoir en cassation.

Bordeaux

Après l’accident en Champagne Ardenne, un collectif ne veut pas de train sans contrôleur

Paris

Un procès pour homicides involontaires requis contre la SNCF après le déraillement d’un train à Brétigny-sur-Orge

8 partages