Rennes : Condamné pour viols et récemment libéré, un homme soupçonné d’avoir tenté de violer une femme

C’est un voisin qui a donné l’alerte, alerté par les cris de la victime. Dans la nuit du 25 au 26 octobre, une femme a été la victime d’une tentative de viol en pleine rue à Rennes (Ille-et-Vilaine). Les faits se sont déroulés rue de Vincennes, au nord du centre-ville, alors que la victime âgée de 30 ans regagnait son domicile après une soirée dans un bar. 

D’après une source proche de l’enquête, c’est un riverain qui a fait fuir le suspect, avant d’alerter la police. À la suite de ce signalement, un homme âgé d’une quarantaine d’années a été interpellé boulevard de Metz, a appris 20 Minutes, confirmant une information du journal Ouest-France.

Trois condamnations pour des viols et agressions sexuelles

Ce dernier était récemment sorti de prison. D’après C News, le mis en cause avait été condamné à une peine de huit ans de prison en 2000 pour des faits de viol. Lors d’une permission accordée en 2005, il avait violé sa cousine. Le récidiviste avait écopé de quinze années de prison. Il avait agressé sexuellement une visiteuse de prison en 2018. Il avait été libéré en août à la fin de sa peine. 

Cet homme se présente comme originaire du Congo et était en situation irrégulière en France où il faisait l’objet d’une obligation de quitter le territoire (OQTF). Il avait précédemment « déclaré être angolais et serait arrivé en France en 1992 alors qu’il était mineur », selon le procureur adjoint. Détenu à Argentan, il avait été placé au centre de rétention administrative d’Oissel (Seine-Maritime). Il avait été remis en liberté le 30 septembre par le juge des libertés et de la détention de Rouen. La raison ? La mesure était « inexécutable car ni les autorités congolaises ni les autorités angolaises ne le reconnaissent comme l’un de leurs ressortissants », précise le parquet de Rennes.

D’après le procureur adjoint, le suspect sera jugé le 8 décembre devant le tribunal correctionnel de Rennes pour agression sexuelle en récidive. Une expertise psychiatrique et une expertise psychologique ont été ordonnées. Le mis en cause a été placé en détention provisoire dans l’attente de son procès.