Rennes : Après un refus d’obtempérer mortel pour une passagère, le conducteur écroué

Le conducteur du véhicule dans lequel une femme de 22 ans est morte mercredi lors d’une opération anti-drogue à Rennes a été écroué vendredi, a annoncé le procureur de la République de Rennes. « Le conducteur de la Peugeot a été mis en examen des chefs de trafic de stupéfiant (acquisition, détention, transport, offre ou cession et importation), association de malfaiteur délictuelle et refus de remettre ses codes de téléphone et a été placé en détention provisoire », a précisé le procureur de Rennes Philippe Astruc dans un communiqué.

Vers une heure du matin mercredi, un policier a fait usage « à une reprise » de son arme à l’encontre d’un « véhicule Peugeot 208 ». Son conducteur, un homme né en 1996, faisait l’objet d’une interception dans le cadre d’une enquête pour « infraction à la législation sur les stupéfiants » sur une bretelle de la rocade rennaise à l’intersection de la route de Lorient.

Le policier auteur du tir entendu comme témoin

Une femme de 22 ans, « inconnue des services judiciaires » et domiciliée à Saint-Étienne-du-Rouvray se trouvait également à bord. L’homme, connu des services de police, avait été blessé au bras par une balle qui avait ensuite atteint « la passagère par le flanc gauche ». Elle est décédée sur place à 2h15 malgré l’intervention des secours. Le procureur a indiqué que la mère de la jeune femme décédée avait porté plainte pour homicide involontaire contre le conducteur du véhicule.

Selon le parquet, le conducteur avait été sommé par un policier de descendre du véhicule et de s’arrêter, après quoi « il refusait d’obtempérer et redémarrait rapidement », faisant face à deux autres véhicules de police. Le conducteur de l’un des deux véhicules, disant sentir sa vie en danger, avait tiré vers la voiture par le côté conducteur après s’être dégagé du véhicule qui venait de lui percuter la jambe. « Le policier auteur du tir était immédiatement entendu en qualité de témoin par l’IGPN (il pourra être à nouveau entendu au besoin dans un cadre juridique différent) », a indiqué le parquet. 111 grammes de cocaïne ont été retrouvés en bordure de la bretelle et « auraient été lancés selon l’un des policiers par la vitre avant passager du véhicule Peugeot », a ajouté le procureur.