Rennes : Après la découverte de trois corps dans une maison, le scénario se précise

Les enquêteurs en savent désormais un peu plus sur les causes des décès d’au moins deux des trois personnes retrouvées sans vie mercredi soir dans une maison de Saint-Jacques-de-la-Lande, en banlieue rennaise. La mère de famille, âgée de 62 ans, semble avoir été étranglée. Son corps avait été découvert allongé sur un lit. Son conjoint, âgé de 50 ans, s’est pendu.

« Les autopsies réalisées ce jour ont permis de confirmer le décès par pendaison de monsieur, la présence de lésions traumatiques chez madame avec un décès causé très certainement par une asphyxie mécanique qui reste cependant à confirmer par des examens complémentaires », indique le procureur de la République de Rennes, Philippe Astruc.

Des examens complémentaires

La cause de la mort de leur fille, âgée de 25 ans, n’est toujours pas connue. Son corps avait été retrouvé allongé sur le sol d’une chambre. « Aucune lésion traumatique n’a été relevée chez la jeune femme et la cause de son décès n’est à ce stade pas déterminée. Des examens complémentaires notamment toxicologiques ont été ordonnés », précise Philippe Astruc.

Une enquête pour assassinats a été ouverte par la police. L’hypothèse d’un double homicide, suivi d’un suicide, organisé par le père de famille se dégage nettement. D’autant plus qu’un écrit non signé justifiant les actes et évoquant un « mal-être » de l’auteur a été laissé. « S’agissant de l’authentification du courrier retrouvé au domicile de la famille, il a pu être constaté une forte similitude avec des écrits de monsieur mais un examen de comparaison graphologique plus approfondi a été ordonné », ajoute le procureur de la République.