Rennes : 200 détenus dorment sur des matelas à même le sol à la prison

Le centre pénitentiaire des hommes à Vezin-le-Coquet, commune limitrophe de Rennes. — C. Allain / 20 Minutes

Les prisons sont « au bord de l’implosion » dans le Grand Ouest. C’est le syndicat FO pénitentiaire qui tire la sonnette d’alarme en évoquant la situation à la maison d’arrêt de Rennes-Vezin où plus de 200 détenus dorment sur des matelas à même le sol. « Il y a parfois quatre détenus dans des cellules conçues pour deux personnes. Ça crée des conflits et des tensions et ça nuit à la sécurité de l’établissement », indique Sophie Hautbois, secrétaire interrégionale Grand ouest de FO pénitentiaire.

Contactée par l’AFP, la direction interrégionale des services pénitentiaires a reconnu « un pic haut » de la surpopulation carcérale, qui n’est pas cantonnée à la prison de Rennes. Les maison d’arrêt de Saint-Brieuc ou La Roche-sur-Yon affichent en effet des taux d’occupation avoisinant les 200%, selon les chiffres de l’administration pénitentiaire. 

Plus de 70.000 personnes incarcérés en France

A Rennes, l’administration ne peut pas installer de nouveaux lits superposés dans les cellules car cela empêcherait d’ouvrir les fenêtres, selon la direction interrégionale.

Le nombre de détenus dans les prisons françaises, qui souffrent d’une surpopulation chronique, est resté stable au 1er janvier, avec 70.651 personnes incarcérées, soit une densité de 116% dans les 188 établissements pénitentiaires français. Le nombre de personnes dormant sur des matelas posés au sol, 1.614, a augmenté de 16,2% en un an.

Faits divers

Une détenue de 26 ans se suicide dans le Calvados

Faits divers

Les gardiens de la prison de Val-de-Reuil débrayent en réaction à deux agressions

35 partages