Régionales en Paca : Le Pen trouve « décevant » que Ciotti vote pour Muselier

Le député Les Républicains Eric Ciotti a annoncé qu’il voterait pour le candidat de LR Renaud Muselier en Paca au second tour des régionales, après avoir voté blanc au premier. Un choix « décevant de [sa] part », a réagi Marine Le Pen sur RTL ce jeudi.

Eric Ciotti, à Paris le 19 mai 2021.
Eric Ciotti, à Paris le 19 mai 2021. – SEVGI/SIPA

Le président sortant de la région Paca emporterait d’une très courte avance, selon un sondage, le duel qui l’oppose au candidat du Rassemblement national (et ex-LR) Thierry Mariani, seul candidat du RN à être parvenu en tête d’une région.

« LR a perdu toute colonne vertébrale idéologique »

« J’ai l’impression que LR a perdu toute colonne vertébrale idéologique, a rajouté la présidente du RN et candidate à l’Elysée. On voit [Valérie] Pécresse nous expliquer qu’elle est face à la gauche la plus épouvantable […] et c’est cette même gauche que Renaud Muselier accueille à bras ouverts en Paca en expliquant que c’est merveilleux ». La liste de gauche conduite par Jean-Laurent Félizia s’est retirée de la course en Paca. L’écologiste a appelé à « battre Thierry Mariani et sa triste cohorte ».

Avant le premier tour, la fédération LR des Alpes-Maritimes, dirigée par Eric Ciotti, avait retiré son soutien à la liste de Renaud Muselier en raison de la présence sur celle-ci de candidats de la majorité présidentielle. Ce rapprochement avec LREM avait provoqué une crise chez Les Républicains et le député, président de la commission d’investiture de LR, avait demandé le retrait du soutien de son parti au président sortant de Paca.

L’appel du pied du RN

Marine Le Pen avait appelé avant le premier tour les cadres et les électeurs LR à « tirer les conséquences » des divisions de leur parti et à « soutenir » le RN. Fin mai déjà, elle avait lancé un appel aux « personnalités sincères de la droite comme [les élus LR] Eric Ciotti et Nadine Morano » à la rejoindre, dans un mail à ses sympathisants.

Ce jeudi matin, sur France Bleu azur, Christian Estrosi a qualifié son ancien collaborateur Eric Ciotti de « Lepéno-compatible ». Rappelant la « ligne blanche » fixée par Jacques Chirac, le maire de Nice a martelé : « On ne pactise pas avec les extrémistes ».