Régionales en Hauts-de-France : Laurent Pietraszewski mise gros sur la jeunesse

Laurent Pietraszewski, tête de liste LREM dans les Hauts de France. — S.Alcalay / SIPA
  • Laurent Pietraszewski est tête de liste LREM pour les élections régionales dans les Hauts-de-France.
  • Il est épaulé dans sa campagne par quatre autres ministres dont les fonctions au gouvernement lui semblent un avantage pour la région.
  • Les deux points forts de son programme concernent la jeunesse et l’emploi.

Laurent Pietraszewski est le candidat tête de liste LREM pour les élections régionales dans les Hauts-de-France. Jeudi soir, dans l’émission de BFM Grand Lille, Lille politiques, en partenariat avec 20 Minutes, celui qui est ministre en charge des Retraites a détaillé un programme qui fait la part belle aux jeunes.

Laurent Pietraszewski est soutenu dans sa campagne par des poids lourds du gouvernement, notamment Gérald Darmanin et Eric Dupond-Moretti. Malgré cette affiche de stars, celui qui se voyait arriver premier au soir du 20 juin n’est crédité dans les sondages que de 11 % des voix. Deux petits points qui lui permettraient à peine de se maintenir au second tour. N’empêche, il y voit toujours un avantage : « Les Hauts-de-France méritent les compétences et l’engagement de ces collègues du gouvernement. Vous croyez que je vais transformer l’industrie de notre région tout seul ? J’ai besoin d’Agnès Pannier-Runacher pour ça », martèle le candidat LREM.

« Payer un vélo, le permis de conduire ou la contraception » aux jeunes

Dans son programme, Laurent Pietraszewski a décidé de consacrer une importante part du budget de la région à la jeunesse. Il a notamment l’intention de mettre en place un « super pass » de 1.000 euros qui répond à 5 besoins essentiels des jeunes, à savoir la mobilité, la culture, les soins. « Ce n’est pas une carte-cadeau de mille euros pour aller au supermarché. Il s’agit de se payer un vélo, le permis de conduire ou la contraception », explique-t-il.

Outre cette mesure, qui cible 80.000 jeunes de 18 ans, la tête de liste LREM met aussi beaucoup d’argent sur la table pour l’éducation. Il propose, entre autres, la construction de 5 lycées de la nouvelle chance pour les élèves « décrocheurs ». « J’ai sanctuarisé 250 millions d’euros sur toute la mandature pour la jeunesse. Sans augmenter les impôts mais en réorientant des crédits », promet Laurent Pietraszewski. Ceux de Proch’Emploi par exemple, un dispositif qui, selon le candidat, ne sert à rien.

Sur l’emploi justement, la tête de liste LREM propose d’abord de laisser Pôle Emploi faire son travail d’accompagnement. Ce qui ne l’empêche pas de proposer la mise en place d’une banque régionale d’investissement dotée de 50 millions d’euros laquelle permettrait de créer 50.000 emplois. « Il y a une programmation pluriannuelle en matière d’énergie qui prévoit une augmentation de 2,1 % du PIB français à l’horizon 2028, rappelle-t-il. L’idée est d’aller chercher pour les Hauts-de-France plus de 10 % des 440.000 emplois générés par cette augmentation ».

La concurrence dans le TER « bénéficie aux usagers »

A l’instar de son adversaire Xavier Betrand, Laurent Pietraszewski est favorable à l’ouverture à la concurrence des lignes de TER. Ils sont les seuls d’ailleurs. « Pour les transports, y’a pas débat, ça bénéficie aux usagers en matière de qualité et de sécurité », affirme-t-il. Pour lui, ce serait aussi un gage de voir des investissements faits en matière d’infrastructures et de matériel roulant. « La question du prix, elle peut être intéressante », élude le candidat.

Sur la question des éoliennes, le ministre candidat marche sur des œufs. « Je ne veux pas d’éolien terrestre ni même d’éolien en mer sans concertation », insiste-t-il. Une position qui n’est pas partagée par la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, notamment en ce qui concerne l’implantation d’un parc offshore au large de Dunkerque. A la demande d’un collectif d’élus locaux qui réclamaient un référendum local, elle avait répondu : « On ne va pas commencer à demander un référendum à chaque fois qu’on a un projet qui est en cours d’achèvement ».

0 partage