Refus d’obtempérer à Nice : La marche blanche en hommage au conducteur tué prévue dimanche avec un encadrement « adapté »

Les proches de Zied B., tué le 7 septembre d’un coup de feu tiré par un policier après une course-poursuite, pourront bien participer à une marche blanche dimanche à Nice. L’avocat de la famille, Me Sefen Guez Guez, confirme à 20 Minutes que la manifestation n’a pas été interdite. Et le directeur de cabinet du préfet des Alpes-Maritimes, interrogé par Nice-Matin, précise qu’elle sera encadrée par un « dispositif adapté ».

« Les éléments recueillis sur l’ampleur de la mobilisation et sa nature ne nous inquiètent pas plus que ça sur l’éventualité de troubles à l’ordre public », a-t-il également expliqué.

« Un message de rassemblement, d’apaisement »

Un peu plus tôt dans la semaine, plusieurs élus RN et LR s’étaient prononcés contre la tenue de ce rassemblement. La députée Christelle d’Intorni, proche d’Eric Ciotti, disait craindre des « débordements ». Une prise de position qui lui a valu de recevoir des menaces de mort, a-t-elle révélé sur Twitter, annonçant un dépôt de plainte.

Pour Me Sefen Guez Guez, cette marche blanche porte « un message de rassemblement, d’apaisement, de soutien derrière Zied et sa famille mais aussi une demande de justice, de justice impartiale », a-t-il expliqué à 20 Minutes. Dès le lendemain de la mort du jeune homme de 24 ans, à la suite d’un refus d’obtempérer, l’avocat assurait : « Il est évident qu’on a [affaire à] un homicide. » Le policier auteur du tir mortel a été mis en examen pour violences volontaires et placé sous contrôle judiciaire.