Réforme des retraites : Un collectif se mobilise sur Twitch pour soutenir le mouvement et les caisses de grève

Alors que ce jeudi est annoncé comme une journée décisive pour les opposants et opposantes au projet de réforme des retraites prévue par le gouvernement, les mobilisations s’organisent partout en France. De nombreux syndicats et partis politiques ont appelé à une journée d’action, rejoints par la fonction publique et l’énergie. Un appel à la grève générale qui se veut « puissante », inscrit dans la durée, et qui vise à toucher le plus de secteurs possibles.

Sur Internet aussi la mobilisation s’organise, notamment via un gros travail de vulgarisation et un soutien aux grévistes : c’est dans cet esprit qu’a été créée la chaîne Twitch PiquetDeStream.

Utiliser le stream (les retransmissions en ligne) au service de la grève : une formule déjà utilisée il y a quatre ans avec le Recondustream, une initiative lancée par un collectif de streamers à l’occasion de la grève du 5 décembre 2019. L’objectif était de soutenir la caisse de grève intersyndicale et interprofessionnelle gérée par la CGT Info’com. Après six semaines de stream et 470 heures de live, plus de 152.000 euros avaient été récoltés.

La streameuse Yukaino a proposé de faire un Recondustream 2. Klitch Norris, streamer, a alors lancé un Discord avec elle et Jimmy Joyeux, dit Joyeux Sociologue sur Twitch. C’est ainsi qu’est née la chaîne PiquetDeStream. « Nous sommes pour le moment 50 streameurs et streameuses, mais d’autres vont probablement nous rejoindre. Nous partons sur trois jours de stream presque en continu », explique Klitch Norris.

 « Faire vivre la grève en ligne »

Dans son communiqué, le collectif de Piquet de Stream évoque plusieurs objectifs : faire de l’éducation populaire sur la réforme des retraites et les mouvements sociaux, inciter le plus grand nombre de personnes possibles à participer à la grève, récolter des fonds pour soutenir les grévistes, syndiqué(e) s ou non ; mais aussi « faire vivre la grève en ligne et montrer que nous sommes nombreuses et nombreux à la soutenir ».

Plus que jamais, surtout après une campagne présidentielle tournée vers les réseaux sociaux, les luttes politiques se passent en ligne autant que hors-ligne. Le collectif espère réunir les spectateurs, avec un mot d’ordre : « Pendant qu’iels tiendront le piquet de grève, nous tiendrons le Piquet De Stream ! ».

Dès le 18 janvier à 19 heures, le collectif proposera du stream sur sa chaîne Twitch, en commençant par une interview du secrétaire général de la CGT Infocom et un rappel de l’histoire des retraites. Klitch Norris indique que pour les prochains jours sont prévus « des invités, de la revue de presse orientée grève, un peu de gaming, de l’analyse politique sur les impacts de cette reforme et comment faire autrement, une présentation des conséquences sur les plus précaires et notamment les femmes. »

Durant leur stream, les spectateurs et spectatrices auront la possibilité de faire un don. L’ensemble de l’argent récolté sera reversé à la caisse de grève gérée par les syndicats CGT infocom et Sud Poste 92.

« Sensibiliser un public jeune et dynamique »

La présence de streams et de contenus en lien avec les sujets sociaux et politiques n’est pas une nouveauté sur Twitch : on pense à l’émission Backseat ou à HugoDecrypte côté actualité ; ou bien les lives d’OstPolitik, Usul, Bolchegeek ou Modiie qui décortiquent les questions politiques ou de sciences sociales. Mais l’utilisation du stream comme outil de mobilisation politique reste encore rare.

« Il est intéressant d’utiliser le stream car cela permet de communiquer en dehors des médias traditionnels, par des gens dont la précarité est souvent la vie et qui subiront de pleins fouets les impacts de la réforme », indique Klitch Norris. Jimmy Joyeux, diplômé en sociologie des mouvements sociaux de l’Ecole des Hautes études en sciences sociales (EHESS), explique que « le streaming a évolué au fil des années. Des événements caritatifs comme le Zevent ont vu le jour et ont pu sensibiliser un public jeune et dynamique sur de nombreuses questions sociales. »

Le but est aussi de porter certaines valeurs : « Il apparaissait intéressant pour nous de revendiquer un événement qui n’hésite pas à se mouiller politiquement afin de porter des valeurs inclusives et qui correspondent aux luttes sociales en cours. L’idée est donc de permettre à toute une génération d’utilisateurs et d’utilisatrices de ces plateformes de prendre une part, à leur manière, à une action collective que nous pensons nécessaire », souligne Jimmy Joyeux.

Les streameurs et streameuses à l’origine de Piquet De Stream tiennent néanmoins à rappeler que « donner de l’argent aux caisses de grèves ne remplace pas le fait de faire la grève, mais ça permet à celles et ceux qui ont les moyens financiers mais pas nécessairement professionnels de soutenir les grévistes ».