Réforme des retraites : Le top 5 des manifestations les plus marquantes

Depuis les années 1990, les réformes de retraites font descendre dans la rue des millions de Français. De Jacques Chirac à Nicolas Sarkozy en passant par François Hollande, bon nombre de présidents ont dû faire face à la gronde des Français.

1995 : Le plan Juppé

Sous la présidence de Jacques Chirac, le Premier ministre Alain Juppé présente un plan de redressement de la Sécurité sociale comportant une réforme des retraites des agents de l’État et des services publics. Une réforme qui engendre la contestation. Les fonctionnaires observent plusieurs semaines de grève. Face aux mobilisations massives, Alain Juppé renonce aux mesures sur les retraites.

2003 : la réforme Fillon

Alors ministre des Affaires sociales du gouvernement Raffarin, François Fillon porte la durée de cotisation à 40 ans pour les fonctionnaires. Le ministre doit se heurter à une levée de boucliers des Français. Le 13 mai 2003, un à deux millions de salariés des secteurs publics et privés manifestent sur l’ensemble de la France.

2007 : la réforme des régimes spéciaux

Il s’agit de la première réforme des retraites du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Aussitôt élu président de la République, il souhaite réformer les régimes spécifiques des sociétés de service public (EDF, GDF, SNCF, RATP, Banque de France, etc.) ainsi que les professions à statut particulier (clercs de notaires, élus et employés parlementaires). Pour ces personnes, la durée de cotisation passe à 40 ans.

2010 : la réforme Woerth

Ministre du Travail sous Nicolas Sarkozy, Eric Woerth met fin au principe de la retraite à 60 ans. L’âge légal de départ est reculé de deux ans, passant progressivement à 62 ans. Très impopulaire, cette seconde réforme engendre des manifestations massives et des blocages.

2014 : la réforme Touraine

Portée par la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine, sous la présidence de François Hollande, cette réforme inscrit dans le temps le principe de l’allongement de la durée de cotisation pour l’obtention d’une retraite à taux plein. Cette durée est relevée d’un trimestre tous les trois ans de 2020 à 2035 pour atteindre 172 trimestres (43 ans) pour les générations 1973 et suivantes.