Réforme des retraites : La mobilisation des cheminots « ira probablement au-delà » du 31 janvier

Pas de répit pour les cheminots. Vendredi, le secrétaire général de la CGT-Cheminots Laurent Brun n’entend pas arrêter le combat contre la réforme des retraites de sitôt. « Nous travaillons sur l’élévation du niveau de mobilisation chez les cheminots et effectivement, on ira probablement au-delà de ce qui est programmé par les intersyndicales confédérales », a expliqué le dirigeant du premier syndicat de la SNCF sur RMC.

Ce vendredi après-midi, une réunion intersyndicale des cheminots doit avoir lieu pour décider de la suite à donner au mouvement. Pour cause, les huit grandes centrales syndicales ont arrêté la date du 31 janvier pour la prochaine mobilisation interprofessionnelle.

46,3 % de grévistes jeudi

« Il est très probable qu’on fera plus que le 31. Après, est-ce que ce sera avant ou après, ça, c’est ce dont on va discuter cet après-midi », a insisté le syndicaliste, soulignant « la très très forte détermination des agents pour peser » dans le débat sur les retraites.

Jeudi, la SNCF a enregistré un taux de grévistes de 46,3 %, inférieur à celui de la première journée de mobilisation en 2019 (55,6 %), organisée contre le premier projet de réforme du système de retraites, quand Laurent Brun évoque de son côté « quasiment 60 % de grévistes ».

« Nous ne sommes qu’au début du processus et le gouvernement a l’air de considérer qu’il y a eu une manifestation, c’est comme ça, c’est un témoignage. […] Nous n’en sommes pas au témoignage, nous allons établir un rapport de force comme le gouvernement le souhaite car il n’y a que ça qu’il entend », a indiqué Lauren Brun.

« Comme le disaient mes camarades,  »non seulement on ne lâche rien, mais on reprend tout ». Nous voulons un départ à 60 ans pour tous et 55 ans pour les métiers difficiles », a conclut Laurent Brun.