Réforme des retraites : La CGT agite la menace de « l’arrêt des installations de raffinage »

Contre la réforme des retraites voulue par l’exécutif, les syndicats CGT de la branche pétrole ont appelé à plusieurs mouvements de grève les 19 et 26 janvier ainsi que le 6 février avec « si nécessaire, l’arrêt des installations de raffinage », selon un communiqué diffusé jeudi par Eric Sellini, coordinateur national du syndicat pour TotalEnergies.

L’appel entraînera des « baisses de débit » et « l’arrêt des expéditions », a précisé à l’AFP Eric Sellini. Le 6 février, une « grève reconductible avec, si nécessaire, l’arrêt des installations de raffinage » sera « proposé aux salariés », indique la CGT.

Le mouvement doit débuter par un premier arrêt du travail de 24h le 19 janvier, jour de la mobilisation nationale interprofessionnelle. Pour le 26 janvier, la CGT appelle à 48h de grève, puis à 72h le 6 février.

Mobilisation interprofessionnelle contre la réforme le 19 janvier

« C’est par l’unité des salariés que nous stopperons cette réforme profondément injuste et que nous imposerons nos revendications », peut-on lire dans le communiqué, diffusé sur Facebook. Cet automne, des grèves dans les raffineries avaient provoqué des difficultés d’approvisionnement en carburant pour les automobilistes durant plusieurs semaines.

Face au recul de l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans, soutenu par le gouvernement, une journée de mobilisation de grande ampleur s’annonce dans une semaine, jeudi 19 janvier. Les syndicats de la RATP veulent « une grève puissante ».

Les huit principaux syndicats, unis pour la première fois depuis douze ans, se sont prononcés contre la réforme et appellent à se mobiliser le 19 janvier. De son côté, le porte-parole du gouvernement Olivier Véran a indiqué mercredi à l’issue du Conseil des ministres que l’exécutif « ne se projette pas dans l’idée d’une mobilisation massive ».