Réchauffement climatique : Non, la Nasa n’a pas dit que le changement d’orbite de la Terre est responsable

Et si le réchauffement climatique n’avait rien à voir avec l’Homme et ses actions sur Terre ? Plus besoin alors de réduire sa consommation et de limiter son empreinte carbone. C’est la folle théorie qui circule sur les réseaux sociaux ces dernières semaines. « La NASA admet que les changements climatiques sont dus aux modifications de l’orbite terrestre, et non aux 4×4 ou aux combustibles fossiles », titre ainsi un article largement partagé sur les réseaux sociaux.

Selon cette publication, il s’agirait donc d’une information avancée par la Nasa. Un argument qui ravit les climatosceptiques : « Dire que certains préfèrent croire des enfants comme Greta Thunberg plutôt que la très rigoureuse Nasa. » Un autre internaute lance : « Qu’on arrête de nous dire de rouler à vélo, de moins prendre l’avion et qu’on laisse les gens faire ce qu’ils veulent alors. »

La célèbre agence américaine a-t-elle vraiment affirmé et prouvé que le réchauffement est dû à l’orbite terrestre ? 20 Minutes fait le point.

FAKE OFF

L’orbite terrestre correspond au mouvement que fait la Terre autour du Soleil, décrivant une ellipse, et dont la période de révolution correspond à une année. Selon l’argument avancé, ce sont les modifications cette orbite qui causeraient le réchauffement. Comme vous pouviez vous en douter, c’est faux. Ce sont les gaz à effet de serre qui en sont les premiers responsables. Et sans surprise, ces derniers sont produits par l’Homme, comme l’explique par exemple le site de la Commission européenne. Mais d’où vient alors cette fausse information ?

L’article explique que la Nasa s’appuie sur la « théorie du climat de Milankovitch, révélant que la planète change en fait en raison de facteurs extérieurs qui n’ont absolument rien à voir avec l’activité humaine ». Il s’agit d’une théorie existante, et donc l’article se plaît à résumer : « Le plus grand facteur influençant le temps et le climat sur terre est le soleil, point final. »

Ce n’est pas aussi simple que ça. La Nasa a déjà évoqué cette théorie dans ses recherches, mais affirme bien : « Si le soleil était responsable du réchauffement climatique, nous constaterions un réchauffement au niveau de toutes les couches de l’atmosphère, depuis la surface jusqu’à celle la plus supérieure de l’atmosphère (stratosphère). Mais ce que l’on voit en réalité, c’est un réchauffement à la surface et un refroidissement dans la stratosphère. C’est cohérent avec un réchauffement causé par une accumulation de gaz retenant la chaleur près de la surface de la Terre, et non avec un Soleil plus chaud ».

A aucun moment l’agence américaine ne nie l’impact humain sur le réchauffement climatique. Au contraire, la majeure partie des scientifiques, et notamment les 1.300 membres du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (Giec) des Nations Unies, s’accordent à dire que les activités humaines en sont les responsables.