Réchauffement climatique : Ce mois de juillet est le plus sec depuis celui de 1959

Les experts s’y attendaient, la tendance est confirmée par le ministère de la Transition écologique. Le mois de juillet 2022 est bien « le plus sec que nous avons eu depuis juillet 1959 », annonce à franceinfo Christophe Béchu. Une information déjà confirmée par Météo-France. « Il n’est tombé que 7,8 mm d’eau. On a un déficit de précipitations de 88 % par rapport à ce qui aurait été nécessaire », précise le ministre.

Sans précipitation et avec des chaleurs extrêmes qui s’étendent dans la durée, la situation est critique. 93 départements sur 96 sont en alerte et concernés par des restrictions d’eau, un record, sans parler des incendies qui se sont multipliés sur de nombreux territoires. La carte de Propluvia résumant les différents niveaux d’alerte a viré au rouge dans une bonne partie du territoire. Dans ces zones, seuls les prélèvements d’eau pour les usages prioritaires sont autorisés. Les prélèvements à des fins agricoles sont proscrits.

Prise de conscience

L’Europe occidentale a fait face en juillet à une sécheresse historique et à deux vagues de chaleur en à peine un mois, au cours desquelles se sont déclenchés des feux de forêt ravageurs comme en Gironde ou désormais en Grèce. Mais la période estivale n’est pas terminée, et une nouvelle vague de chaleur est attendue dès lundi dans le sud de la France. La Gironde est d’ailleurs repassée en alerte rouge « feux de forêt ».

« Cet épisode montre qu’il faut une prise de conscience, la mobilisation, la mise en œuvre des décisions déjà prises », encourage encore Christophe Béchu. « On parle de 13 milliards qui vont être dépensés dans les cinq prochaines années, notamment pour aller vers des diminutions de consommation, de la réutilisation d’eaux usées, la lutte contre les fuites », détaille-t-il, car « 20 % de ce qui est produit dans nos usines d’eau potable fuit ».

« Des solutions, il y en a, il faut les mettre en œuvre avec une intensité, une détermination, supérieures à celles de maintenant », résume le ministre.