Rassemblement national: Thierry Mariani traite Jean-Claude Juncker d’«ivrogne notoire»

Thierry Mariani, lors du meeting du Rassemblement national pour le lancement de la campagne des élections européennes, le 13 janvier 2019, à Paris. — JACQUES DEMARTHON / AFP

Quelques jours après avoir annoncé son ralliement au Rassemblement national pour les élections européennes, Thierry Mariani a prononcé son premier discours devant les soutiens du parti, dimanche, sur la scène de la Mutualité, à Paris. L’ancien ministre Les Républicains s’en est pris à Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, le traitant d’« ivrogne notoire ».

« Jean-Claude Juncker, un ivrogne notoire, incarne à la perfection le bateau ivre qu’est devenue l’Union européenne », a déclaré l’ancien député lors du meeting de lancement de la campagne du Rassemblement national​ pour les élections européennes de mai 2019.

Des accusations d’alcoolisme répétées

« Il faudra arracher la barre du navire pour l’obliger à se mettre au service des peuples », a poursuivi Thierry Mariani. Fervent défenseur de la Russie, l’ancien Sarkozyste a estimé que « la principale menace ne (venait) plus de l’Est » mais de « l’islamisation » et de « l’immigration ». Et le nouveau candidat du RN pour les européennes n’est pas le premier à accuser Jean-Claude Juncker d’alcoolisme.

« Je ne parle qu’avec des gens sobres (…). Il devrait boire deux verres d’eau avant d’ouvrir la bouche », avait déclaré Matteo Salvini, le ministre de l’Intérieur italien, en octobre dernier, à propos du président de la Commission européenne. Cet été, lors du sommet de l’Otan, Jean-Claude Juncker était apparu chancelant. Un député eurosceptique allemand avait dénoncé « une performance honteuse », l’accusant d’être « ivre ». « J’ai une sciatique, je préférerais encore être saoul », avait déclaré, de son côté, Jean-Claude Juncker.

Politique

L’arrivée de Mariani «participe de la recomposition de la vie politique», estime Marine Le Pen

Monde

«Vous êtes ridicules», peste Juncker contre les eurodéputés

Monde

«Salut, dictateur !», dit Jean-Claude Juncker à Viktor Orban