Rassemblement national : Réunis au Cap d’Agde, le parti et ses députés jouent la « normalisation »

C’est une mise à nu qui est attendue. Celle de Marine Le Pen, ce dimanche au Palais des Congrès du Cap d’Agde, devant les membres du RN lors d’un discours de rentrée. L’occasion pour elle de faire le bilan des élections présidentielles et législatives, marquées par un record de voix et de députés, mais aussi de son mandat de présidente du parti, puisqu’elle s’apprête à passer la main.

Elle passera d’ailleurs après Louis Alliot et Jordan Bardella, les deux prétendants à sa succession à la tête de la formation d’extrême droite qu’un vote des militants doit départager d’ici début novembre. A Agde, le RN, fort de ses 89 députés, veut faire une nouvelle fois preuve de « normalisation du parti ». « C’est la première fois qu’on peut réunir autant de monde », sourit l’un d’entre eux, Philippe Ballard, en remarquant qu’« on fait comme les autres partis, dans le bon sens du terme ».

« Le vote RN est devenu un vote d’adhésion »

Dans la salle à moitié remplie du Palais des Congrès samedi, le sondeur Jérôme Sainte-Marie donnait de l’eau au moulin d’extrême droite, invité à disserter sur « l’état de la France ». Le spécialiste des comportements électoraux a notamment assuré que « le vote RN est devenu un vote d’adhésion, et non plus un vote protestataire ». « C’est symbolique, les gens de la société civile viennent ostensiblement travailler avec nous », se réjouit le conseiller spécial de Marine Le Pen, Philippe Olivier, pour parachever la dédiabolisation du parti fondé il y a cinquante ans par Jean-Marie Le Pen.

Au-delà du voyage en Occitanie, Jérôme Sainte-Marie a été chargé pour les prochains mois de mettre en place une « école des cadres » du RN en se décrivant comme un « prestataire de services » pour le Rassemblement national, et en se défendant d’être partisan (« Vous connaissez beaucoup de sondeurs qui ne se vantent pas de conseiller celui-ci ou celui-là ? »). Et salue « l’acte de foi dans le parti » des dirigeants lepénistes qui veulent « constituer leurs propres élites ».

Le rendez-vous d’Agde est aussi « une séance d’entraînement avant la session parlementaire », remarque le député Laurent Jacobelli, où il s’agit de préparer des propositions de loi, « notamment sur la baisse de la TVA sur les énergies, ou moins d’immigration », alors que le budget doit être examiné à l’automne. Sur ce point, la consigne est claire : tous les députés RN devraient voter contre.