Rachat de Twitter: Les actionnaires disent oui à l’offre retirée d’Elon Musk, un juge tranchera

La bataille continue. Les actionnaires de Twitter ont approuvé mardi l’accord de rachat de la plateforme par Elon Musk pour 44 milliards de dollars, un engagement auquel le multimilliardaire a mis fin unilatéralement, accusant l’entreprise de lui avoir menti. Le vote consolide la position du réseau social à un mois du procès qu’il a lancé contre le patron de Tesla pour le forcer à honorer son engagement. Les débats, qui seront tranchés par un juge et pas un jury, doivent s’ouvrir le 18 octobre. Elon Musk, qui avait renoncé à effectuer des vérifications d’usage, ne part pas favori.

Twitter avait convoqué ses actionnaires pour une « réunion spéciale » par vidéoconférence, mais le contexte du vote a dramatiquement changé depuis fin avril, quand le conseil d’administration du groupe et Elon Musk avaient signé un contrat pour le rachat de Twitter à 54,20 dollars l’action.

Depuis, le patron de Tesla et SpaceX a multiplié les accusations contre sa plateforme favorite, dont il voulait un temps faire une place publique essentielle à la démocratie. Le 8 juillet, il a déclaré renoncer à l’opération, au motif que la société basée à San Francisco aurait selon lui menti sur la proportion de comptes automatisés et de spams parmi ses utilisateurs.

Audition d’un lanceur d’alerte

Le scrutin de mardi a eu lieu peu après l’audience au Sénat américain de Peiter Zatko, ex-chef de la sécurité de Twitter, devenu lanceur d’alerte. « La direction de Twitter trompe les élus, les régulateurs et même son propre conseil d’administration », a déclaré d’emblée l’expert en cybersécurité, plus connu sous son pseudonyme, Mudge.

En tant que responsable de la sécurité de la plateforme depuis son recrutement fin 2020 jusqu’à son licenciement en janvier dernier, il assure avoir découvert de graves vulnérabilités et dit avoir tenté d’alerter la direction, en vain. « Ils ne savent pas ce qu’ils ont comme données, où elles sont, d’où elles viennent et donc, évidemment, ils ne peuvent pas les protéger », a affirmé Peiter Zatko lors de ses remarques préliminaires devant la commission judiciaire.

De son côté, Elon Musk a tweeté un emoji en forme de pop-corn, laissant entendre qu’il suivait l’audition avec délectation. La semaine dernière, la justice a autorisé Musk à utiliser les accusations du lanceur d’alerte dans sa bataille judiciaire.