Qui pourra bénéficier de la prime carburant de 100 euros ?

Terminé la réduction de 10 centimes sur le prix à la pompe. Place à une prime pour les plus modestes en 2023. Mercredi, Elisabeth Borne a annoncé la création d’une indemnité carburant de 100 euros pour les 10 millions de travailleurs les plus modestes « qui ont besoin de leur voiture pour aller au travail. Donc c’est 100 euros pour à peu près la moitié des ménages, ça représente une remise de l’ordre de 10 centimes par litre » à la pompe pour quelqu’un qui parcourt 12.000 kilomètres par an, a précisé la Première ministre sur RTL.

Sous quelles conditions peut-on en bénéficier ? Comment la demander ? 20 Minutes fait le point.

À qui est destinée cette aide ?

Cette nouvelle aide sera versée en une fois pour l’ensemble de l’année 2023 et concernera 10 millions de foyers. D’après Matignon, les foyers ayant un revenu fiscal de référence inférieur à 14.700 euros en 2021 pourront en bénéficier. Ce qui correspond à environ :

  • 1.314 € nets/mois pour une personne seule
  • 3.285 € nets/mois pour un couple avec un enfant
  • 3.285 € nets/mois pour une femme seule avec deux enfants
  • 3.941 € nets/mois pour un couple avec deux enfants
  • 5.255 € nets/mois pour un couple avec trois enfants

Un couple modeste, dont les deux membres travaillent, et qui possède deux véhicules pourra bénéficier de deux aides, soit 200 euros. Cette aide s’applique à tout type de véhicule, y compris les deux-roues.

Comment en bénéficier ?

Les Français concernés devront se rendre à partir du 16 janvier 2023 sur le site des impôts, y entrer leur numéro fiscal et celui de leur plaque d’immatriculation. Puis, ils devront remplir une « déclaration sur l’honneur » indiquant qu’ils ont besoin de leur voiture pour aller au travail, afin de recevoir ces 100 euros sur leur compte en banque huit jours plus tard. Quant aux chômeurs qui « ont besoin de se déplacer pour chercher un travail », ils pourront solliciter des aides auprès de Pôle emploi, a précisé la Première ministre.

La ristourne générale sur la taxation des carburants, qui expire le 31 décembre, aura déjà coûté à l’Etat 8 milliards d’euros, soit « l’équivalent du budget du ministère de la Justice », avait indiqué le ministre des Comptes publics, Gabriel Attal. Cette nouvelle aide représente une enveloppe d’environ 1 milliard d’euros, selon Elisabeth Borne. Le gouvernement compte aussi sur les employeurs pour accompagner les salariés avec le doublement de la prime transport de 200 à 400 euros, précise-t-on à Matignon.