Que doit faire une entreprise face à une contamination à la listeria ?

On dénombre 300 cas de listériose chaque année en France — GILE MICHEL/SIPA

  • Depuis mardi, la ferme bio Durr, située près de Strasbourg, est fermée pour cause de contamination à la listeria. Un affolement est perceptible chez les professionnels du secteur.
  • 20 Minutes revient sur les procédures en vigueur dans l’industrie alimentaire. Pour les entreprises, une contamination à la listeria peut s’avérer catastrophique et se débarrasser de la bactérie est très coûteux.

Sur décision du préfet du Bas-Rhin, la ferme bio Durr est fermée depuis mardi. Et tous ses produits ont été rappelés. La raison ? Une contamination à la listéria. Après cette annonce dans cette PME bio située à 35 km au sud de Strasbourg, l’affolement a été perceptible chez les professionnels du secteur. Les entreprises contactées pour cet article ont toutes refusé de s’exprimer.

20 Minutes revient sur les procédures en vigueur dans l’industrie alimentaire.

La listéria, c’est quoi ?

C’est une bactérie présente partout dans l’environnement, l’eau, les sols, les végétaux. Les aliments crus (viande ou lait) en sont facilement porteurs. A la ferme Durr, ce sont les fromages au lait cru qui sont à l’origine de la contamination. La bactérie est tuée par la cuisson ou la pasteurisation.

La listériose est la maladie liée à cette bactérie. Elle provoque nausées, fièvre, diarrhées. Elle est dangereuse pour les bébés, les femmes enceintes et les personnes âgées ou malades.

En cas de contamination, que doit-on faire ?

Les procédures sont les mêmes pour l’agriculture bio ou conventionnelle, tout producteur est tenu de faire des auto-contrôles. Si une analyse est positive à la listeria, il doit rappeler ses produits et informer les services vétérinaires. Dans l’affaire de la ferme Durr, ceux-ci ont découvert que plusieurs auto-contrôles positifs à la listeria ne leur ont pas été communiqués par la PME. Le conseiller de la famille Durr, Stéphane Bour, assure que les exploitantes n’ont pas pris la mesure du danger. Dans les faits, elles n’ont clairement pas respecté la procédure standard.

Ensuite, « il faut multiplier les analyses pour localiser la bactérie, il faut bloquer la production », explique Olivier Fabre d’Agria Grand Est, le centre régional d’innovation en agroalimentaire situé à Vandœuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle). « Suit un nettoyage intense avec des acides et du chlore. » La ferme Durr de Boofzheim prévoit de détruire ses anciens ateliers pour en reconstruire aux normes récentes.

Pourquoi le public n’est pas systématiquement informé ?

Légalement, il n’y a aucune obligation de le faire. Un exemple en Alsace : le traiteur industriel Schneider à Hoerdt a été touché par la listeria car il achète sa crème à la ferme Durr. Plusieurs lots de garniture pour flammekueches ont été rappelés mais l’information n’a pas été rendue publique. Le ministère de l’Agriculture explique que la procédure standard est le simple retrait. Le retrait-rappel est uniquement mis en place lorsque la santé du consommateur est en danger. Dans ce cas seulement, l’information est donnée aux médias.

Se relève-t-on d’une telle crise ?

Olivier Fabre assure que oui : « Dans les années 2000, le rappel des produits, c’était la mort de l’entreprise, maintenant, le public est habitué. Une crise listeria, c’est un surcoût énorme, l’image en prend un coup mais on survit. » En Alsace, le traiteur industriel Stoeffler d’Obernai a survécu. En 2002, sa production a été arrêtée pendant dix jours, ses produits rappelés. L’entreprise avait vendu pendant deux mois des produits qu’elle savait contaminés. Mais Stoeffler compte plus de 300 employés et son chiffre d’affaires est de 80 millions d’euros par an. Pour une PME comme la ferme Durr, la survie sera beaucoup plus difficile.

Santé

«On ne sait pas si on va s’en relever», la ferme bio Durr touchée par la listeria est à l’arrêt

Société

Charcuterie et choucroute d’Alsace rappelées pour cause de listeria et de caoutchouc

7 partages