Quand le nouveau « M. Retraites » Laurent Pietraszewski avait bloqué le compte Twitter de sa suppléante

Le nouveau secrétaire d’Etat, Laurent Pietraszewski — Alfonso Jimenez/REX/SIPA

  • Après sa nomination comme secrétaire d’Etat aux retraites, Laurent Pietraszewski va céder sa place à sa suppléante, Florence Morlighem, à l’Assemblée nationale.
  • Entre l’ancien député nordiste et sa suppléante, les relations ne sont pas très bonnes.
  • Laurent Pietraszewski avait bloqué le compte Twitter de Florence Morlighem.

Chamailleries en série. Entre le nouveau « M. Retraites » du gouvernement, Laurent Pietraszewski, et Florence Morlighem, qui va lui succéder à l’Assemblée nationale, les relations sont des plus fraîches. Le député (LREM) du Nord ayant même récemment bloqué sa suppléante sur Twitter.

Marcheuse de la première heure, comme Laurent Pietraszewski, élue en juin 2017 députée suppléante de la 11e circonscription du Nord (qui comprend une partie de Lille), Florence Morlighem avait annoncé, le 14 octobre, son départ de La République en marche en raison de « graves dysfonctionnements internes au mouvement tant au local qu’au national ».

« Il a coupé tout contact avec moi »

Elle avait notamment argué qu’elle ne voulait pas que son nom soit « associé à Violette Spillebout », la candidate investie par LREM aux municipales à Lille au terme d’une âpre bataille avec la députée Valérie Petit.

Florence Morlighem avait alors également évoqué auprès de l’AFP ses relations difficiles avec Laurent Pietraszewski, dont elle a été pendant deux ans la collaboratrice parlementaire. « Je me suis séparée de mon député en bons termes avec une rupture conventionnelle et, depuis mon départ, il a brusquement coupé tout contact avec moi, je ne comprends pas », avait-elle déclaré en précisant que, si elle n’était plus adhérente LREM, elle soutenait « toujours la politique du gouvernement sur le fond ».

Des désaccords marqués

Les choses se sont encore gâtées par la suite. Après son départ du parti présidentiel, Florence Morlighem dénonce sur Twitter, captures d’écran à l’appui, avoir été « bloquée » par les comptes de Violette Spillebout, d’autres responsables LREM mais aussi de… Laurent Pietraszewski. La suppléante marque alors publiquement ses désaccords avec lui.

Ainsi, le 10 décembre, elle ironise sur « les bloqueurs » qui « ne sont pas ouverts au dialogue » et interpelle le nouveau secrétaire d’Etat alors qu’il visite une imprimerie avec Violette Spillebout en pleine manifestation contre la réforme des retraites : « M. le député, ambassadeur de la #ReformeRetraites, porte-parole Larem en campagne pour #Lille2020 #Municipales2020. Aller à la rencontre des étudiants qui manifestent, c’est pas le sujet lillois le plus urgent aujourd’hui ? »

« Macroniste, je n’ai jamais renié mes convictions »

Une semaine plus tard, le député du Nord est nommé au gouvernement après la démission de Jean-Paul Delevoye et sa suppléante va automatiquement devenir députée, dans un mois.

Cette dernière, âgée de 49 ans et actuellement au chômage, a annoncé à l’AFP qu’elle siégerait au groupe LREM à l’Assemblée. « Je suis macroniste, je n’ai jamais renié mes convictions », a-t-elle déclaré en précisant que les contacts ont été « renoués » avec Laurent Pietraszewski et que les deux veulent désormais « travailler en bonne intelligence ».

Politique

Réforme des retraites : Laurent Pietraszewski remplace Jean-Paul Delevoye

Politique

Réforme des retraites : Larcher affirme que la retraite des sénateurs sera revue

18 partages