Pyrénées-Orientales : Sept morts, dont deux enfants, dans une explosion suivie d’un incendie

Sept personnes, dont deux enfants, sont décédées dans la nuit de dimanche à lundi, lors d’un incendie déclenché par une explosion, à Saint-Laurent-de-la-Salanque (Pyrénées-Orientales), près de Perpignan. Un nourrisson figure parmi les victimes. Le bilan est provisoire : les sapeurs-pompiers sont toujours à l’œuvre, ce lundi, pour tenter de retrouver d’éventuelles autres victimes ou survivants du drame.

Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, qui s’est rendu à Saint-Laurent-de-la-Salanque, ce lundi, en milieu de journée, a espéré que l’on ne trouve pas de nouvelles victimes, dans les décombres, « malgré l’extrême rapidité des secours ».

Une scène « d’horreur »

Une forte explosion a retenti aux alentours de 1 heure 30, dans l’une des artères principales de ce bourg, provoquant un incendie dans de petits immeubles de deux étages, de part et d’autre de la rue. Dans la matinée, les secours ont découvert cinq premiers corps sans vie dans les décombres de ces bâtiments, dont les rez-de-chaussée étaient occupés par une épicerie et un stand de restauration rapide.

Une résidente d’un appartement voisin, réveillée en pleine nuit par la détonation, a décrit auprès de l’AFP une scène « d’horreur », « d’une violence extraordinaire ». « Une dame a appelé au secours depuis l’immeuble d’en face, quand j’ai ouvert la fenêtre, puis je n’ai plus entendu sa voix. Les immeubles étaient ravagés par les flammes, C’était la panique totale », a confié une quinquagénaire. « J’ai entendu une explosion très forte, ensuite j’ai vu de grandes flammes, relate-t-elle, puis on a entendu des cris, les vitrines de l’autre côté de la rue ont explosé, le feu a pris dans l’épicerie ou dans le snack du rez-de-chaussée. [Dimanche] après-midi, ils faisaient des travaux dans le snack. »

Une enquête a été ouverte pour tenter de déterminer les causes de l’explosion et de l’incendie. « Nous terminons la phase de secours, la phase d’enquête démarre », a expliqué ce lundi, sur les lieux, Jean-David Cavaillé, le procureur de la République de Perpignan, et il est « trop tôt » pour en savoir plus, pour l’instant.