PSG – Real Madrid : Mbappé sauve encore Paris au terme d’une soirée européenne épique

Au Parc des Princes,

L’affiche promettait un match grandiose, la forme respective des deux équipes un peu moins. Le PSG-Real Madrid de mardi en 8es de finale aller de Ligue des champions, a accouché d’une partie intéressante et d’une fin dantesque. Après avoir buté pendant 90 minutes sur Thibaut Courtois, Kylian Mbappé a délivré le Parc des Princes dans les arrêts de jeu et offert la victoire à Paris (1-0).

Paris porté par son couloir gauche

Joies du retour des grandes soirées européennes. L’hymne de la Ligue des champions résonne à nouveau au Parc des Princes, Mauricio Pochettino enfile un costume pour la première fois depuis un an, le PSG a un plan de jeu pour la première fois depuis trois siècles, Angel Di Maria fait des pressings de 300 mètres dans le vide… Comme on pouvait s’y attendre, les Parisiens ont affiché un visage à l’opposé de la bouillie hebdomadaire servie aux amateurs de Ligue 1.

En phase finale de C1, le supporter mange Gucci. Sous l’impulsion du couloir gauche Mbappé-Mendes – deux Ferrari contre la Fiat Punto Dani Carvajal, plus déséquilibré tu meurs – les Parisiens ont longtemps fait passer les Merengue pour une vulgaire équipe de bas de tableau de Liga. Benzema est resté dans la poche de Marquinhos pendant une demi-heure, Casemiro s’est fait avoir par Paredes et a pris le jaune qui le prive de retour, Vinicius n’a pas gagné un duel… Bref, sans un Thibaut Courtois décisif devant Mbappé et Danilo, le Real repartait au vestiaire avec deux pions dans la valise.

Un Courtois grandiose

Il convient d’ailleurs de saluer la performance du gardien Belge​, désormais bien habitué à en prendre plein la gueule dans nos contrées. Accueilli de manière hostile par le virage Auteuil à l’échauffement, le gardien du Real ne s’est pas dégonflé. Mieux, il s’est très longtemps posé en seul rempart face aux nombreuses tentatives parisiennes, notamment en début de seconde période, quand Mendes (sur un tir lointain) et Mbappé (on ne compte pas ses occasions manquées) menaçaient la cage madrilène et quand la charnière Alaba-Militão prenait l’eau. Avec pour ultime chef-d’œuvre l’arrêt décisif sur le penalty de Lionel Messi, que tout Paris avait vu venir à 50 kilomètres.

Messi déprimant, Mbappé décisif

Non content de s’être déjà mis tout le Parc à dos, l’Argentin en rajoute une couche quelques minutes plus tard en privant Paredes d’une frappe devant la surface par pur égoïsme. Il y avait pourtant, avant la rencontre, l’espoir d’assister au réveil du multiple Ballon d’or, transcendé par un maillot blanc qui lui a si souvent réussi. Que dalle. Des mauvais choix, plus de déchet que dans le jeu de Danilo et toujours cette foutue tendance à marcher comme Yohann Diniz, bref, une catastrophe.

Comme d’habitude, le sauveur parisien portait le numéro 7. Et quelle merveille pour conclure. Sur slalom en hommage à Clément Noël, Kylian Mbappé est allé chercher la victoire tout seul à la dernière minute, comme le grand qu’il est. Preuve que l’attaquant français n’a pas encore la tête à Madrid.