PSG-OM: Grâce à Mbappé et Icardi, les Parisiens ne font qu’une bouchée de l’OM

Mbappé et les Parisiens n’ont fait qu’une bouchée de l’OM. — Kamil Zihnioglu/AP/SIPA

De notre envoyé spécial au Parc des Princes,

Une boucherie. Le PSG a fait voler l’OM en éclat, dimanche soir, avec un 4-0 net et sans bavure. Tout s’est joué au cours d’une première période absolument folle, avant que l’OM se montre un poil plus consistant au retour des vestiaires – aidés par des Parisiens en mode décrassage. Rarement Classique aura été aussi déséquilibré.

Un monde d’écart

Villas-Boas avait répété avant la rencontre qu’il n’en attendait rien de spécial, étant donné le fossé entre les deux équipes. Il n’espérait pas avoir autant raison. Son OM a explosé en une mi-temps, encaissant quatre buts (un record dans un Classique) avec un terrible sentiment d’impuissance. Icardi et Mbappé, auteurs d’un doublé chacun, n’ont laissé que des cendres derrière eux, profitant des espaces inconsidérés laissés par la défense adverse. S’aligner si mal à 35 mètres de ses buts au Parc des Princes – n’est-ce pas Sarr ?-, c’est aberrant. Heureusement pour eux que les Parisiens ont joué la seconde période au petit trot. Ils ont raison, la saison sera longue.

Courage Thomas

Et dire qu’il manquait Neymar ​et que Cavani, entré en jeu sous l’ovation du Parc, revient tout juste… Franchement, on se demande bien comment va faire Tuchel quand tout ce beau monde sera apte en même temps. Mais on verra ça plus tard. Pour l’instant, il faut profiter. Profiter de la machine à buts Icardi, qui en est à sept sur les cinq derniers matchs, de la fusée Mbappé, qui a bien fêté sa première titularisation depuis fin août, et de la finesse de Di Maria, qui empile les passes décisives. Ce match donne en tout cas très envie de voir la suite de la saison parisienne.

L’OM devra s’en remettre

Dans la lignée du discours pessimiste d’avant-match, les Marseillais pourront au moins se dire qu’ils n’ont pas encaissé de but après la pause. Il leur faudra bien se consoler comme ils peuvent de cette fessée, car les semaines à venir vont être sacrément importantes pour savoir où ils peuvent aller cette saison. Ils ne sont après tout qu’à trois points de la deuxième place, grâce à la médiocrité ambiante derrière Paris. Les réceptions de Lille puis de Lyon lors des deux prochaines journées permettront de dessiner leur avenir. Plus d’excuses cette fois, c’est exactement contre cette caste d’équipes qu’ils sont censés se battre.

72 partages