PSG-Juve : But de loco et belle complicité… Neymar-Mbappé, la connexion retrouvée

Au Parc des Princes,

La main levée en direction du Brésilien, Mbappé regarde Neymar en faisant la grimace, l’air de dire « je sais, je t’ai salement oublié, je suis désolé ». Quelques instants, plus tôt, en effet, Kyky a merdé. On rembobine : Parfaitement lancé en profondeur par Messi dès le retour des vestiaires, alors que Paris mène tranquillement 2-0, le TGV français dépose un défenseur turinois sur le quai de la gare et fonce tête baissée vers le but de Perin. Légèrement excentré, il préfère alors frapper fort du droit plutôt que de servir son coéquipier, qui venait pourtant de taper une accélération monstrueuse pour lui offrir la solution parfaite au second poteau.

C’était le geste à faire, tout le stade l’a vu sur le moment. Le Ney aussi, en témoigne ce regard noir lancé à Mbappé, qui préfère alors l’esquiver de peur de brûler dans le feu des enfers. Cet oubli malheureux aurait pu être anodin si la Juve n’avait pas planté dans la foulée et replongé Paris dans ses doutes. A l’arrivée, cela sera sans conséquence mais cette action est d’autant plus frustrante qu’elle aurait conclu à merveille une soirée parfaite dans la relation technique entre les deux hommes.

But d’anthologie et connexion retrouvée

Bien loin du pénalty-gate et des pleurnichouilles de Mbappé, ce match contre la Juve mardi soir nous a offert ce qui se fait de plus beau quand deux joueurs de ce calibre acceptent d’unir leur talent et de parler le même football. Le must restant ce but de dé-gé-né-rés inscrit par Mbappé de volée après une louche indécente du Ney de l’extérieur du pied droit. Empêtrés au milieu de six Turinois, les deux hommes ont inventé des espaces là où il n’y en avait pas, prouvant à leurs détracteurs que cette relation soi-disant morte et enterrée n’était qu’une passade somme toute classique entre deux boulards hors catégorie.

C’est peu ou prou ce qu’avait expliqué le Français la veille en conférence de presse avec ces mots à lui. « On a toujours eu une relation basée sur le respect mais avec des moments froids et des moments chauds, disait-il. Il y a des périodes où on est les meilleurs amis du monde et d’autres fois où on se parle moins. Mais il y a beaucoup de respect entre nous. La vie n’est pas linéaire avec deux joueurs de caractère ».

Galtier fait attention de ne froisser personne

Cette relation calorifique fluctuante a d’ailleurs été au centre des attentions de Christophe Galtier ces dernières semaines, notamment après l’embrouille du mois d’août, afin de ménager à la fois l’enfant-roi à qui l’on a filé les clés du camion cet été et le vieux loup qui n’a pas dit son dernier mot. Pour l’heure, la gestion humaine de l’entraîneur parisien semble avoir porté ses fruits, mais il sait qu’il marchera toute la saison sur une fine pellicule de glace capable de céder à tout moment.

C’est pour ça qu’il n’a pas voulu en faire des caissons mardi soir, en conférence de presse d’après-match, quand l’un de nos confrères lui a demandé s’il allait « tirer les oreilles de Mbappé pour avoir oublié Neymar pour un potentiel 3-0 ». Réponse de « Galette » : « Je n’ai pas revu le match mais j’imagine que vous avez analysé cette action. C’est aussi l’obsession d’un attaquant qui veut marquer. Vous me dites que Neymar est démarqué, je vous fais confiance mais Kylian l’a-t-il vu ? Je ne sais pas. La passe était-elle possible ? En tout cas, je suis très satisfait du match des trois joueurs offensifs, qui ont donné un jeu vif et alerte, en étant connectés aux milieux. » On éteint les débuts d’incendie et on caresse tout le monde dans le sens du poil, c’est encore la meilleure manière de ne froisser personne et de tirer le maximum de chacun.