PSG : Donnarumma d’accord avec Navas, la situation des gardiens doit changer la saison prochaine

Parmi les (trop) nombreux chantiers auxquels va devoir s’attaquer le PSG cet été, celui du poste de gardien de but figure tout en haut de la liste. Et pour une fois dans ce club, tout le monde semble être d’accord sur le constat : impossible de faire une deuxième saison en suivant cette politique d’alternance entre Gianluigi Donnarumma et Keylor Navas.

Le premier à l’avoir admis n’est autre que le Costaricain, après la victoire 3-0 à Angers lors de la 33e journée. S’il se disait heureux à Paris, l’ancien Madrilène a tout de même prévu que les choses devaient « changer d’une manière ou d’une autre ». Passé numéro 1 bis dans la hiérarchie, malgré les numéros d’équilibriste de Mauricio Pochettino – qui n’était pas pour mettre un gardien de la trempe de Donnarumma dans les pattes de son joueur l’été dernier – chaque week-end en conférence de presse, Navas ne souhaite pas revivre pareille situation l’an prochain.

Donnarumma ne dit pas autre chose

Pas plus que l’international italien, d’ailleurs, qui a fait peu ou prou la même sortie médiatique que son coéquipier, dimanche, dans les colonnes de Sky Sport. « Avec Navas, j’ai un excellent rapport mais, comme il l’a aussi dit, cela n’a pas été facile à vivre, ni pour lui, ni pour moi. Les choses doivent sûrement changer », a déclaré le champion d’Europe 2021.

Interrogé par le même média italien à l’issue du titre de champion de France décroché samedi contre Lens, Leonardo a d’abord défendu son choix de recruter l’ancien gardien milanais alors que celui-ci arrivait en fin de contrat. « La situation est claire depuis le début. Nous avions en Navas un gardien qui se débrouillait très bien et nous étions très heureux. Donnarumma est devenu l’un des gardiens les plus forts du monde, c’était une opération à faire malgré la présence de Navas », a justifié Leo au micro de Sky Sport.

Navas, un gros salaire et deux ans de contrat

Mais, à en croire le directeur sportif parisien, le temps est peut-être venu de trancher dans le vif. « Il faut les gérer et nous avons essayé de donner du rythme et de la continuité à tous les deux. Ils savent tout clairement : le moment venu, nous n’aurons aucun problème à prendre une décision, a-t-il assuré. S’il y en a une bonne pour tout le monde, nous la considérerons. »

Si la balance penche plutôt du côté de l’avenir, et donc de Donnarumma, encore va-t-il falloir trouver une porte de sortie à Navas (et son million d’euros brut mensuels), à qui il reste encore deux années de contrat. S’il ne fait aucun doute que de nombreux clubs seraient heureux de pouvoir compter un tel gardien dans leur rang, pas sûr que Navas sera prêt à consentir de gros efforts de son côté.