PSG – Bayern Munich : Les Bavarois veulent marquer vite pour rentrer dans la tête des Parisiens

Thomas Muller va-t-il devenir chauve à force de se tirer les cheveux devant Keylor Navas? Réponse mardi soir — Action Press/Shutterstock/SIPA

On ne présente plus la bête, et le résultat du match aller n’y change rien. Mauricio Pochettino a d’ailleurs été clair à ce sujet, le Bayern est favori. Et puisque dans ce combat, tout le monde assume son statut, les Bavarois n’hésitent pas à clamer partout haut et fort qu’ils sont plus beaux et plus forts, même dans les moments difficiles.

Surtout dans les moments critiques, à vrai dire. Pour Thomas Müller​, c’est dans l’ADN du club. « Au Bayern, les joueurs ont une très grosse mentalité. Dans les périodes délicates comme celle-là, c’est notre devoir de hausser le niveau sur le plan mental, de tout donner sur le terrain. »

Faire douter Paris le plus rapidement possible

Sûrs de cette force, les Allemands aimeraient donc, dans l’idéal, imposer cette idée de combat mental au Paris Saint-Germain en quart de finale retour de Ligue des champions. Müller, toujours : « On aimerait pouvoir forcer le PSG à être en difficulté mentalement, à se poser des questions si on marque tôt. » On en connaît un qui a bien révisé les remontées du Barça et de Manchester United en 2017 et 2019. 

Encore faut-il pour ça se montrer plus habile face aux cages et prier pour que Keylor Navas sorte un match moyen… après tout, pourquoi ne pas croire au miracle. « Avec 31 tirs, si nous sommes plus efficaces, alors cela devrait suffire. Nous serions heureux si nous obtenions à nouveau autant d’occasions », s’en frotte déjà les mains l’attaquant allemand. 

Neymar-Mbappé? Incontrôlables

Mais la difficulté restera la même qu’à l’aller. Le Bayern aura beau partir à l’abordage, la menace à la profondeur du tandem Neymar-Mbappé reste capable de tout foutre en l’air en une fraction de secondes. 

« On sait qu’on doit couper les trajectoires de passe et empêcher [Mbappé] de repiquer dans l’axe, analyse de son côté Hansi Flick, car c’est là qu’il est le plus dangereux. […] Neymar aussi, j’adore le voir jouer, les solutions qu’il trouve dans les un contre un, c’est extraordinaire. » « Notre but, ajoute Müller, c’est d’empêcher Mbappé d’arriver dans cet espace ou alors de l’empêcher d’avoir le temps de réfléchir à quel geste choisir. Ce n’est pas si facile que ça car au PSG, la plupart du temps Neymar et Mbappé restent haut, ils sont assez passifs et ne défendent pas trop pour pouvoir vite partir en contre. C’est impossible de contrôler ce duo en permanence. » Alors autant contrôler le match.

83 partages