PS : Faure réaffirme sa victoire, une position « irresponsable » selon Mayer-Rossignol

Olivier Faure ne veut pas laisser la place au moindre doute. « Le résultat est clair et net. Le temps des votes est terminé » : le premier secrétaire du Parti socialiste sortant a ainsi réaffirmé samedi dans le JDD avoir été réélu lors du vote des militants. Ces propos n’ont par contre pas du tout plu à son adversaire. « Une sortie irresponsable » a ainsi jugé Nicolas Mayer-Rossignol, tandis que la commission de récolement des résultats était encore en cours.

Un communiqué du PS avait proclamé vendredi matin la victoire du sortant Olivier Faure, avec 50,83 % des votes des adhérents, mais le résultat a été contesté par le maire de Rouen, qui invoque de nombreux incidents à même de fausser le résultat. Le parti est depuis plongé dans la crise, chaque camp revendiquant la victoire en fustigeant les tricheries adverses.

Une commission de récolement a été donc convoquée, samedi depuis 13 heures, pour que les deux parties s’accordent sur les chiffres en vue du Congrès de Marseille, du 27 au 29 janvier. Elle était toujours en cours à près de 22 heures. « Aucune irrégularité n’est tolérable, mais certains fabriquent du doute et créent de la suspicion pour entacher le résultat », critique dans le JDD Olivier Faure.

Nicolas Mayer-Rossignol appelle « à la transparence »

Sur Twitter, Nicolas Mayer-Rossignol a donc, sans surprise, fustigé une « sortie irresponsable », « alors que notre parti offre un spectacle affligeant, alors que la Commission de récolement est en plein travail ». « J’appelle une nouvelle fois à l’apaisement, à la transparence, au respect de la démocratie et des militants », a-t-il ajouté.

Pour Olivier Faure, sa ligne de rassemblement de la gauche avec la Nupes, nouée en mai avec LFI, EELV et le PCF, est majoritaire : « Chacun doit admettre qu’une ligne s’est dégagée et qu’il n’est donc pas question de sortir du rassemblement de la gauche et des écologistes. Un PS recroquevillé, un PS qui ne parle qu’au PS, c’est une impasse ». Pour tenter de calmer le jeu, il promet en outre que « Nicolas Mayer-Rossignol sera associé aux orientations stratégiques, notamment pour les européennes, puisque c’est sur ce sujet qu’il a dès le début manifesté ses plus grandes inquiétudes ».