Procès Fillon : L’ex Premier-ministre condamné à cinq ans de prison, dont deux ferme

Paris, le 24 Février 2020. François et Penelope Fillon sortant de leur domicile pour se rendre au palais de justice où ils sont jugés jusqu’au 11 mars. — Martin BUREAU / AFP

  • François et Penelope Fillon ont été jugés en mars pour « détournement de fonds publics » et « abus de biens sociaux ».
  • Penelope Fillon est soupçonnée d’avoir occupé un emploi fictif de collaboratrice à ses côtés lorsqu’il était député.
  • Lors de l’audience, le parquet avait requis de lourdes peines et amendes à leur encontre.
  • Mais, alors que la décision devait être rendue, ce lundi, François Fillon a demandé que les débats soient rouverts après les déclarations de l’ancienne procureure financière sur les pressions qu’elle a subies dans cette affaire.

François Fillon, Pénélope Fillon et leur suppléant Marc Joulaud ont tous trois été déclarés coupables dans le très médiatique procès Fillon qui a rendu son jugement ce lundi. L’ex Premier-ministre a été condamné à cinq ans de prison, dont deux ferme. François Fillon a aussi une peine de dix ans d’inéligibilité et une amende de 375.000 euros d’amende. Les prévenus sont condamnés solidairement à payer un peu plus d’un million d’euros à l’Assemblée nationale. 

Pour le tribunal, Pénélope Fillon « n’a jamais effectué de réelles prestations de travail, au-delà de quelques tâches. En tout cas rien qui n’aurait pu justifier la rémunération perçue. » Le couple Fillon est jugé coupable de « détournement de fonds publics » et d’« abus de bien sociaux », et a déjà annoncé son intention de faire appel.

Au cœur du procès figurent les soupçons de détournement de fonds publics entourant les emplois de collaboratrice parlementaire de Penelope Fillon, poursuivie pour des « prestations fictives ou surévaluées ». Ses activités dans la Sarthe, auprès de son mari député et de son suppléant, méritaient-elles d’être rémunérées dans le cadre de contrats d’assistante parlementaire ?

Entre 1998 et 2013, la discrète Galloise de 64 ans a perçu au total 613.000 euros nets au titre de contrats connus seulement de quelques proches. Les Fillon, dont les avocats ont plaidé la relaxe, ont décrit des tâches certes majoritairement orales (être « les yeux et les oreilles » du député, « donneuse d’ordres » pour le courrier arrivé à leur manoir sarthois…) mais indispensables, selon eux, à la carrière de l’homme politique.

Justice

Procès Fillon : « Madame, nous avons mal pour vous », lance le procureur à Penelope

6,3K partages