Procès du 13-Novembre, de l’attentat de Nice ou de Nordahl Lelandais… Une année judiciaire chargée

Comme 2021, l’année 2022 sera marquée par plusieurs procès terroristes d’ampleur : la poursuite de celui des attentats du 13-Novembre, celui de l’assassinat du père Hamel ou de l’attaque de la promenade des Anglais, à Nice en 2016. En parallèle, de nombreux procès criminels sont particulièrement attendus, dont celui de Nordahl Lelandais, qui s’ouvrira à Grenoble à la fin du mois. 20 Minutes dresse un tour d’horizon.

  • Procès des attentats du 13-Novembre, suite et fin…

La reprise du procès des attentats du 13 novembre 2015, qui s’est ouvert au mois de septembre dernier et dont le verdict est attendu fin mai, est entourée de nombreuses questions. A commencer par sa date de reprise. Salah Abdeslam ayant été testé positif au Covid-19, la reprise, prévue mardi 4 janvier, sera vraisemblablement reportée. Autre interrogation : 
Salah Abdeslam 
acceptera-t-il de répondre aux questions de la cour ? Si la première partie du procès a été marquée par les témoignages bouleversants de plus de 400 parties civiles, ce début d’année sera consacré aux interrogatoires des accusés. Or, tout au long du mois de décembre, le seul survivant des commandos, ainsi qu’Osama Krayem, un autre accusé, a refusé de comparaître.

  • 31 janvier : Le procès de Nordahl Lelandais pour le meurtre de la petite Maëlys

C’est probablement l’une des affaires les plus médiatiques de ces dernières années. Nordahl Lelandais comparaîtra à partir du 31 janvier et pour quinze jours devant la cour d’assises de Grenoble pour le meurtre de Maëlys. La fillette, âgée de 8 ans, a été enlevée puis tuée fin août 2017 lors d’un mariage à Pont-de-Beauvoisin (Isère). Après avoir longtemps nié, l’ancien maître-chien avait fini par reconnaître son implication, tout en assurant qu’il s’agissait d’un accident. Nordahl Lelandais, déjà condamné l’an dernier à 20 ans de réclusion criminelle pour le meurtre du caporal Arthur Noyer, sera également jugé pour des soupçons d’agressions sexuelles sur deux cousines et pour détention d’images pédopornographiques.

  • 14 février : L’assassinat du père Jacques Hamel à Saint-Etienne-du-Rouvray

Le 26 janvier 2016, moins de quinze jours après l’attentat de Nice, deux jeunes radicalisés, Adel Kermiche et Abdel-Malik Petitjean, font irruption dans la petite église de Saint-Etienne-du-Rouvray, près de Rouen, et égorgent le père Jacques Hamel, âgé de 85 ans, avant de blesser grièvement un paroissien également octogénaire. Si les deux assaillants ont été abattus par la police, quatre personnes sont renvoyées devant les assises : le propagandiste Rachid Kassim, instigateur présumé de l’attaque, qui sera jugé par défaut pour « complicité d’assassinat », et trois hommes de l’entourage des djihadistes pour « association de malfaiteurs terroristes criminelle ».

  • 28 février : Le procès du dentiste accusé d’avoir mutilé des centaines de patients

Ils leur promettaient « un beau sourire ». Le chirugien-dentiste Lionel Guedj et son père, également dans la profession, seront jugés devant le tribunal correctionnel de Marseille pour des violences volontaires ayant entraîné une mutilation ou infirmité permanente, mais également escroquerie et faux et usage de faux. Sur les bancs des parties civiles, plus de 400 anciens patients. Les dentistes sont soupçonnés d’avoir inventé des pathologies auprès d’une patientèle souvent sans le sou, qu’ils ont traitée à la chaîne au mépris des précautions que nécessitent de tels actes. Conséquence : nombre d’entre eux ont gardé de lourdes séquelles. Le procès doit durer six semaines.

  • 29 mars : L’assassinat de Narumi

L’affaire fut autant judiciaire que diplomatique. Nicolas Zepada, un ressortissant chilien, sera jugé devant la cour d’assises de Besançon, soupçonné de l’assassinat de son ancienne petite amie, Narumi Kurosaki. Cette Japonaise venue faire ses études en France a disparu en décembre 2016 sans que son corps ne soit jamais retrouvé. Rapidement, les investigations s’étaient orientées vers son ex-compagnon, venu en France pour « s’expliquer » après leur rupture. Reparti presque immédiatement au Chili, il a fait l’objet d’une procédure d’extradition. Il n’a eu de cesse de nier.

  • 25 avril : Le procès de la catastrophe ferroviaire de Brétigny-sur-Orge

Neuf ans après le déraillement du train Paris-Limoges en gare de Brétigny-sur-Orge (Essonne), la SNCF, SNCF-Réseau et un cheminot sont jugés pendant huit semaines pour homicides et blessures involontaires devant le tribunal correctionnel d’Evry. Les investigations ont, en effet, permis d’affirmer que le déraillement est lié à un mauvais entretien des rails. Le drame a fait sept morts et une trentaine de blessés.

  • 10 juin : Le violeur de la Sambre devant les assises

C’est l’épilogue d’un vaste « cold case ». A partir du 10 juin, Dino Scala sera jugé pendant trois semaines pour une cinquantaine de viols et d’agressions sexuelles commis pendant près de 30 ans entre la France et la Belgique. Ce mécanicien d’une cinquantaine d’années au casier judiciaire vierge, père de famille apparemment sans histoire, est soupçonné d’avoir attaqué des femmes selon un mode opération bien rodé : il s’en prenait à elles au petit matin, mains gantées et visage couvert. Confondu grâce à la vidéosurveillance lors de sa dernière agression, il a reconnu lors de l’instruction les faits.

  • 5 septembre : Procès de l’attentat de Nice

Le 14 juillet 2016, vers 22h30, Mohamed Lahouaij Bouhlel, ressortissant Tunisien, fonce au volant d’un camion sur la foule massée sur la promenade des Anglais pour assister au feu d’artifice. Le terroriste est abattu par la police après avoir parcouru près de 2 kilomètres, fauchant sur son chemin des dizaines de personnes, parmi lesquelles de nombreux enfants. Bilan : 86 morts et plus de 400 blessés. Si huit personnes ont été renvoyées devant les assises, seules trois seront jugées pour une infraction terroriste, « participation à une association de malfaiteurs terroriste criminelle », soupçonnés de l’avoir aidé dans ses préparatifs tout en connaissant sa radicalisation. Les cinq autres sont poursuivies pour l’avoir aidé tout en ignorant son adhésion à une idéologie djihadiste.

  • 10 octobre : Procès des attentats de Bruxelles (Belgique)

Difficile de ne pas évoquer ce procès, tant les faits et les acteurs sont liés aux attentats du 13-Novembre à Paris. Dix hommes, dont Salah Abdeslam et Mohamed Abrini, sont jugés pour leur participation aux attaques kamikazes de l’aéroport de Zaventem et du métro bruxellois le 22 mars 2016. 32 personnes sont décédées et 340 ont été blessées.