Procès Depp-Heard : « Depp est en train de gagner devant le tribunal de l’opinion publique », selon l’avocate Sara Azari

C’est le grand déballage qui fascine la planète. Après une pause d’une semaine, le procès en diffamation intenté par Johnny Depp contre son ex-épouse Amber Heard entre dans sa dernière ligne droite ce lundi. A la barre, l’actrice, qui a décrit un mari jaloux et violent sous l’emprise de la drogue, doit terminer de témoigner, puis fera face au contre-interrogatoire des avocats de Johnny Depp, avec des délibérations prévues à partir du 27 mai. Et si sur les réseaux sociaux, l’acteur bénéficie de soutiens farouches, il fait face à une montagne presque impossible à gravir, explique Sara Azari, avocate pénaliste de Los Angeles. Mais selon elle, un verdict victorieux n’est pas le but principal d’un acteur qui veut avant tout « livrer sa vérité ». Devant les caméras du monde entier.

– DR

Pour gagner ce procès en diffamation, que doit prouver Johnny Depp ?

En tant que personnalité publique, il doit prouver trois éléments à la fois : que cet édito (dans lequel Amber Heard se disait victime de « violences conjugales » sans nommer Johnny Depp) était faux, que sa carrière en a directement souffert, notamment en perdant le rôle dans Pirates des Caraïbes 6 et qu’Amber Heard l’a écrit avec malveillance. En vertu des lois sur la liberté d’expression, même si cet édito était faux à 99 %, mais qu’il y ait eu au moins un incident où il a été violent, alors les propos d’Amber Heard seraient protégés. Si le jury conclut que Johnny Depp a été abusif, même une seule fois, physiquement, verbalement ou émotionnellement, alors l’édito n’est pas diffamatoire. Idem si le jury conclut à une relation toxique avec des abus mutuels. Pour la perte de revenus, c’est compliqué. Il n’y a pas de traces écrites, pas d’emails ou de contrat rompu. Pour la malveillance, le jury doit conclure qu’Amber Heard avait l’intention de lui nuire et pas, par exemple, d’être une porte-parole des victimes de violences conjugales.

Pourquoi aller devant la justice s’il a peu de chance de gagner ?

Si mon client était une personne anonyme, je lui dirais « Laisse tomber. On ne va pas au procès. Ça va être un grand déballage, tu vas sans doute perdre. » Mais c’est différent pour Johnny Depp. Il y a deux procès : un devant une cour en Virginie et un devant l’opinion publique. Il a dit vouloir présenter sa vérité et ça marche. Le soutien dont il bénéficie sur les réseaux sociaux est ahurissant. C’est un peu comme pour Michael Jackson au début des années 2000 : quand il avait été accusé de pédophilie, sa cote s’était effondrée. Mais lors du procès, même avant d’être acquitté, sa popularité avait flambé.

Comment jugez-vous le témoignage d’Amber Heard à la barre ?

Sur la forme, on a l’impression qu’elle a beaucoup répété. Elle en fait trop, elle regarde le jury et pas son avocate qui lui pose les questions. En général, seuls les experts qui témoignent dans une position d’autorité font ça. Sur le fond, elle a un problème : où sont les photos des terribles sévices et blessures qu’elle décrit ? Attention, je ne dis pas que la plupart des victimes prennent des photos ou doivent le faire. Mais Amber Heard, elle, a bien documenté cette période.

On a vu des photos où elle a des bleus sur le nez et le visage et la lèvre abîmée. Ce ne sont pas des preuves convaincantes ?

Une photo d'Amber Heard montrée au jury lors du procès intenté par Johnny Depp.
Une photo d’Amber Heard montrée au jury lors du procès intenté par Johnny Depp. – JIM LO SCALZO / POOL / AFP

Ces photos ne semblent pas correspondre aux violences les plus horrifiques qu’elle dénonce dans son témoignage. Dans un procès, les experts rappellent souvent qu’il est difficile de savoir ce qui a provoqué une rougeur ou un bleu. Cela n’est pas forcément synonyme de blessure ou de violence. Plusieurs témoins de leur immeuble, notamment le concierge, ont assuré qu’ils n’avaient pas vu de marques sur son visage à cette période. Beaucoup de victimes cachent leurs blessures. Mais avec un nez cassé, elle aurait normalement été contrainte de se rendre à l’hôpital. Il y a potentiel problème de crédibilité. Le jury peut donc douter de ses affirmations, ou conclure qu’elles sont exagérées.

N’y a-t-il pas un double standard sexiste, de dire que c’est une performance pour Amber Heard, en oubliant Johnny Depp est également un acteur ?

Il est tout à fait possible qu’il joue un rôle, mais au moins sa forme est juste. Et quand il parle des violences qu’il a subies enfant, de son addiction, ce sont des faits corroborés. Ces expériences l’humanisent et le jury a entendu Amber Heard l’enfoncer et se moquer de lui dans des enregistrements (dans lequel elle reconnaît l’avoir frappé et le qualifie de « bébé »). Au tribunal, les preuves, votre crédibilité et les corroborations ont de l’importance, mais également votre capital sympathie. Si le jury vous trouve désagréable, il ne va pas vous accorder le bénéfice du doute. Les jurés ne sont pas des robots.

Avoir des caméras de télévision a-t-il un impact sur ce genre de procès ?

Bien sûr. Les juges font davantage attention à ne pas faire d’erreurs. Pour les avocats, on n’y pense pas en permanence, mais il y a une pression. Les caméras sont autorisées par souci de transparence et car c’est d’intérêt public, avec un procès sur les violences conjugales et la liberté d’expression. C’est pour cette raison que Johnny Depp a persisté. Au Royaume-Uni, sans caméra, la seule chose que l’on a su, c’est qu’il a perdu. Ici, le monde entier peut regarder.

Les jurés peuvent-ils vraiment échapper à ce qu’il se passe sur les réseaux sociaux ?

Ce jury, au civil, n’est pas séquestré comme souvent dans les procès au pénal. Ils peuvent donc rentrer chez eux. A notre époque des réseaux sociaux et des alertes infos, il faut être naïf pour croire que les jurés peuvent échapper à la couverture d’un procès aussi médiatique.

Quel est votre pronostic ?

On n’a pas encore vu le contre-interrogatoire d’Amber Heard par les avocats de Johnny Depp. Ça va être brutal. Ils vont tenter de mettre en lumière ses contradictions. Johnny Depp perdra peut-être ce procès. Mais il voulait avant tout gagner devant le tribunal de l’opinion publique et il est en train de le faire.