Primaire démocrate: L’entrepreneur Andrew Yang jette l’éponge

Le candidat démocrate Andrew Yang le 8 février dans le New Hampshire. — Andrew Harnik/AP/SIPA

C’est fini pour le « Yang Gang ». Il aura mené une belle campagne, sensibilisant les Américains au revenu universel avec son « freedom divident ». Mais mardi, après la primaire du New Hampshire, où il obtient moins de 3 % des votes, selon les résultats préliminaires, Andrew Yang a annoncé qu’il mettait fin à sa campagne. Il aura réussi à tenir plus longtemps dans cette primaire démocrate que certains poids lourds comme Kamala Harris et généré un véritable engouement sur Internet, obtenant notamment le soutien d’Elon Musk.

« Vous savez que je suis un matheux et il est évident ce soir d’après les chiffres que je ne vais pas gagner cette course », a expliqué à ses partisans l’entrepreneur de 45 ans. « Nous avons accompli tellement ensemble », a-t-il déclaré en annonçant son retrait. « Nous avons commencé avec une liste de diffusion tirée de mon compte Gmail, et fini par recevoir (…) le soutien de millions de personnes à travers le pays ».

Défi de l’emploi face à la transition technologique

Encore inconnu il y a un an, il était parvenu à rallier à sa campagne une base enthousiaste sur une idée forte : un revenu universel mensuel de 1.000 dollars pour tous les Américains afin de compenser les emplois détruits par la robotisation et l’intelligence artificielle, souhaitant taxer les entreprises technologiques pour financer sa mesure.

Seul candidat d’origine asiatique (ses parents sont Taïwanais), il s’était fait remarquer lors des débats télévisés entre candidats par son discours éloquent ponctué d’humour. « Nous avons attiré l’attention sur les vrais problèmes auxquels sont confrontées nos communautés alors que notre économie est en train d’être transformée sous nos yeux par la technologie et la robotisation », a-t-il encore lancé à ses partisans, une semaine après avoir terminé sixième du premier vote des primaires, dans l’Iowa.

Un autre abandon

Un autre candidat à l’investiture démocrate pour la présidentielle de novembre a jeté l’éponge mardi soir : le sénateur du Colorado Michael Bennet, dont la campagne était passée beaucoup plus inaperçue. « Je pense qu’il est justifié pour nous de mettre un terme à la campagne ce soir », a-t-il déclaré devant ses partisans, souhaitant « bonne chance » aux neuf candidats désormais encore en lice. Michael Bennet plafonnait à 0,1 % des suffrages dans le New Hampshire, selon des résultats partiels.

En revanche, le milliardaire Tom Steyer a démenti les rumeurs d’abandon. Mais face à la montée de Michael Bloomberg, les jours de sa campagne sont sans doute comptés.

0 partage